nuance

Les infections par Cryptococcus neoformans fréquentes chez les enfants ?

Plus de 70 % des enfants immunocompétents de 5 ans et plus pourraient avoir été infectés par Cryptococcus neoformans, un champignon notamment responsable d'infections du système nerveux central chez les patients atteints du Sida. Des chercheurs américains ont montré que les signes de l'infection sont fréquents chez les enfants vivant en zone urbaine. Selon eux, ces résultats posent la question du diagnostic et du traitement éventuel de cette mycose chez les enfants.

La levure C. neoformans est surtout connue pour être responsable de cryptococcose généralisée chez les adultes au stade sida. Paradoxalement, l'incidence des cryptococcose est faible chez les enfants atteints du sida.

Dans l'édition électronique du journal Pediatrics, Goldman et al rapportent l'étude de la prévalence de C. neoformans chez des enfants immunocompétents. L'objectif était de vérifier si la faible incidence des cryptococcoses chez les enfants immunodéprimés était due à une faible exposition.

Le sérum de 185 personnes (1 semaine à 21 ans) a été analysé pour rechercher des traces directes et indirectes de la présence de C. neoformans. Ces enfants résidaient en ville (Bronx).

56 % des enfants de 2 à 5 ans et 70 % des plus de 5 ans présentaient des traces de l'infection lors des analyses immunologiques.

"Nos résultats fournissent des preuves directes et indirectes d'infections par C. neoformans chez des enfants immunocompétents", écrivent les chercheurs. Ils soulignent à ce sujet que C. neoformans est associé aux excréments de pigeons. Il n'est donc pas surprenant que des enfants vivant en zone urbaine et en âge de marcher soit particulièrement exposés.

De ce fait, la faible incidence des cryptococcoses chez les enfants atteints du sida ne semble pas s'expliquer par une exposition réduite. Chez les enfants en bonne santé, ces données posent la question de la reconnaissance de l'infection.

"Nous avons désormais besoin d'une étude pour définir les symptômes associés à l'infection par C. neoformans chez les enfants en bonne santé", a ajouté le Dr David Goldman de l'Albert Einstein College of Medicine. "L'infection peut être asymptomatique ou confondue avec une infection virale". Selon lui, C. neoformans pourrait être une cause de maladie fréquente chez les enfants.

Source : PEDIATRICS Vol. 107 No. 5 May 2001, p. e66.

Descripteur MESH : Infection , Diagnostic , Infections du système nerveux central , Patients , Système nerveux , Système nerveux central , Incidence , Cryptococcose , Santé , Édition , Électronique , Maladie , Personnes , Prévalence , Sérum

nuance

Recherche scientifique: Les +

Un nouveau rapport de l'IFPA révèle le lien entre la maladie psoriasique et la santé mentale

Une IA pour détecter précocement les maladies pancréatiques lors des écho-endoscopies

La DNDi et BenevolentAI collaborent pour accélérer la recherche de médicaments vitaux contre la dengue

La FDA a accordé la désignation de procédure accélérée au CMG901 pour le traitement du cancer gastrique ou du cancer de jonction gastro-œsophagienne non résécable ou métastatique qui ont rechuté et/ou qui sont réfractaires aux thérapies approuvées

ASICS - STATE OF MIND INDEX : UNE ÉTUDE MONDIALE SOULIGNE L'IMPACT POSITIF DU SPORT SUR LA SANTÉ MENTALE

La Food and Drug Administration des États-Unis a octroyé la désignation de médicament orphelin au CMG901 pour le traitement du cancer gastrique et de l'adénocarcinome de jonction gastro-œsophagienne

Jubilant Therapeutics Inc. annonce que des inhibiteurs isoformes sélectifs de la PAD4 présentent une sélectivité et une puissance in vitro, une biodisponibilité orale et une activité antitumorale in vivo élevées

Personalis publie de nouvelles données prouvant la capacité d’un algorithme hautement sensible à détecter la perte d’hétérozygotie du gène HLA

La Patient Safety Movement Foundation annonce les dates et la liste des intervenants du 8e Sommet mondial annuel sur la sécurité des patients, la science et la technologie

Traitement de l'APDS : Pharming présente des données positives de l'essai de phase II/III sur le leniolisib