nuance

Une étude internationale sur la décision de réanimation en soins intensifs

Les patients critiques hospitalisés en soins intensifs sont peu nombreux à émettre des recommandations sur leur souhait d'être réanimés ou non. D'après une étude parue dans le Lancet du 8 décembre, seulement 11 % de ces patients émettent un avis clair sur leur choix dans les premières 24 heures qui suivent leur admission en soins intensifs.

Deborah Cook (St Joseph's Hospital, Hamilton, Canada) et ses collaborateurs ont analysé les données de 2.916 patients de plus de 18 ans admis en soins intensifs. Quinze unités de soins intensifs réparties dans 4 pays (Suède, Canada, Australie, Etats-Unis) ont participé.

Parmi les patients, seulement 318 (11 %) avaient émis des recommandations explicites dès le premier jour sur l'éventualité d'une réanimation cardio-pulmonaire. Pour la moitié d'entre eux (159/318), ils souhaitaient ne pas être réanimés.

L'âge du patient était un critère de décision important. Comparés aux plus jeunes, les 50-75 ans étaient progressivement 3,4 à 8,8 fois plus nombreux à ne pas vouloir être réanimés. Par ailleurs, les patients admis la nuit ou durant le week-end étaient plus enclins à exprimer leurs souhaits.

Source : Lancet 2001;358:1941-5.

Descripteur MESH : Soins , Réanimation , Patients , Soins intensifs , Canada , Australie , Suède , Unités de soins intensifs

nuance

Recherche scientifique: Les +