nuance

Traitement hormonal substitutif : des effets variables sur la qualité de vie

De nouveaux travaux indiquent que le traitement hormonal substitutif (THS) est associé à une amélioration des symptômes anxieux et dépressifs chez les patientes qui présentent des bouffées de chaleur avant le traitement. Pour celles qui ne présentaient pas ces bouffées, le THS semble associé à une diminution des fonctions physiques.

Ces résultats sont issus d'une étude parue dans le JAMA du 6 février. Dans cette publication, Hlatky et al. ont analysé les données d'un essai randomisé (essai HERS), en double aveugle et contre placebo pour évaluer l'impact du THS (oestro-progestatifs) sur la qualité de vie de patientes coronariennes ménopausées.

Un total de 1.380 patientes dans l'essai HERS avait bénéficié d'un THS et 1.383 d'un placebo. Ces patientes ont été divisées en deux groupes en fonction de la présence (434) ou l'absence (2.329) de bouffées de chaleur.

La qualité de vie définie selon des critères physiques et psychologiques était évaluée au bout de trois ans de suivi.

Chez toutes les patientes, les scores ont diminué significativement à l'issue des trois ans pour les éléments suivants : fonction physique, santé mentale, énergie/fatigue. Par contre, les symptômes dépressifs n'avaient pas changé de façon significative.

Les résultats montrent toutefois que cet effet est variable et dépend notamment de la présence ou l'absence de bouffées de chaleur. "Les femmes avec des bouffées de chaleur avaient une amélioration des scores de santé mentale et moins de symptômes dépressifs à la fin du suivi comparées à celles qui avaient reçu le placebo", écrivent les auteurs. "Les femmes sans bouffées de chaleur qui ont reçu le THS avaient un déclin plus important en termes de fonction physique et "d'énergie/fatigue" au cours du suivi".

Selon les auteurs, ces données montrent que le THS n'apporte pas un bénéfice général chez ces patientes coronariennes. L'amélioration de la qualité de vie concernerait seulement qui présentent les symptômes classiquement associés à la ménopause.

Il faut aussi souligner que la détérioration de la qualité de vie était plus marquée chez les patientes les plus âgées, les diabétiques, les hypertendues et celles qui se plaignaient de douleurs thoraciques ou qui présentaient une insuffisance cardiaque.

"Ces différences en qualité de vie parmi les femmes classées par caractéristique clinique étaient bien plus importantes que les effets du traitement hormonal", observent enfin Hlatky et ses collaborateurs.

Source : JAMA 2002;287:591-7.

Descripteur MESH : Bouffées de chaleur , Qualité de vie , Vie , Femmes , Placebo , Physique , Santé , Santé mentale , Amélioration de la qualité , Éléments , Ménopause

nuance

Recherche scientifique: Les +