nuance

Un essai randomisé sur la radiothérapie pré ou post-opératoire dans les sarcomes des tissus mous

Les résultats de cet essai indiquent que la radiothérapie pré-opératoire est associée à un risque plus élevé de complications sur le site de cicatrisation. Cependant, les auteurs soulignent que ce critère n’est pas le seul à prendre en compte pour décider du moment de la radiothérapie puisque les complications observées dépendent aussi de taille et du site de la tumeur.

Cet essai multicentrique et randomisé est publié sous la rubrique des publications avancées sur le site Internet du Lancet.

O’Sullivan et al. ont cherché à comparer la fréquence des complications des plaies selon que la radiothérapie soit réalisée avant ou après l’opération. La radiothérapie pré-opératoire nécessite des doses plus faibles mais les complications liées à la cicatrisation posent problème, expliquent les auteurs.

L’essai a été conduit chez des patients atteints d’un sarcome des tissus mous, non métastatique et localisé sur les membres. Le critère principal d’évaluation était le taux de complications de la plaie dans les 120 jours qui suivaient l’opération.

Les patients ont d’abord était stratifiés selon la taille de la tumeur, inférieure ou supérieure à 10 cm. Le tirage au sort a assigné 94 patients à une radiothérapie pré-opératoire (50 Gy en 25 fractions) et 96 patients à une radiothérapie post-opératoire (66 Gy en 33 fractions). Le suivi médian a été de 3,3 ans.

Parmi les patients qui ont pu être évalués, le taux de complications majeures sur la plaie a été de 35 % dans le groupe pré-op et de 17 % dans le groupe post-op. La différence de 18 % observée entre les groupes (IC 95 % = 5 – 30) était significative avec un p=0,01.

Toutefois, le moment de la radiothérapie n’est pas le seul facteur à influencer le risque de problème de cicatrisation. La taille de la tumeur et sa localisation sont aussi à prendre en compte, expliquent O’Sullivan et al..

« Le fait que les complications de la plaie soient significativement moins fréquentes chez les patients avec une radiothérapie post-opératoire que chez ceux avec une radiothérapie pré-opératoire ne reflète la nature complète de la situation clinique », écrivent les investigateurs. Selon eux, celle-ci « pourrait être plus complexe et pourrait nécessiter d’autres éléments, dont la taille de la tumeur et le site anatomique […] » pour être évaluée chez un patient isolé.

La survie globale était légèrement meilleure dans le groupe pré-op mais les auteurs reste très prudents sur la valeur de cette information car l’essai n’était pas construit pour étudier ce paramètre. Cette analyse de survie n’avait pas été spécifiée avant le début de l’essai.

En conclusion, l’essai ne permet pas de dégager d’information définitive sur le moment adéquat pour l’initiation d’une radiothérapie chez ces patients. D’après O’Sullivan et al., la morbidité liée aux problèmes de cicatrisation avec la radiothérapie pré-op doit être contrebalancée par les effets potentiels des plus fortes doses de la radiothérapie post-op.

Source : Lancet 2002, Published online June 11. http://image.thelancet.com/extras/01art4373web.pdf. Preoperative versus postoperative radiotherapy in soft-tissue sarcoma of the limbs: a randomised trial, O’Sullivan et al..

SR

Descripteur MESH : Radiothérapie , Tissus , Sarcomes , Cicatrisation , Risque , Patients , Survie , Analyse de survie , Éléments , Internet , Membres , Morbidité , Nature , Publications

nuance

Recherche scientifique: Les +