nuance

Accident vasculaire cérébral (AVC) ischémique : de l’aspirine le plus tôt possible

La prise d’aspirine dans les 48 heures qui suivent l’apparition d’un AVC ischémique peut réduire les décès et la sévérité de l’AVC, selon un avis émis par l’Académie américaine de Neurologie et l’Association américaine sur l’AVC.

Cet avis est publié dans le numéro de juillet de la revue Stroke, le journal de l’American Academy of Neurology. L’objet de cette revue de la littérature était de d’examiner le rôle des anticoagulants et des antiagrégants plaquettaires lors de la phase aiguë de l’AVC ischémique.

Le Dr Bruce Coull - directeur de ce comité pour le développement de recommandations sur l’AVC - et ses collaborateurs estiment que les données des essais les plus fiables montrent que 160-325 mg d’aspirine dans les 48 heures qui suivent l’apparition de l’AVC offrent une diminution "légère mais significative" de mortalité et de la sévérité du handicap.

Pour d’autres antiagrégants plaquettaires comme le clopidogrel et la ticlopidine, ce comité juge que les données sont insuffisantes pour pouvoir recommander leur emploi dans les 48 heures après l’AVC.

Par ailleurs, ils estiment que les anticoagulants n’ont pas une efficacité démontrée pour réduire la mortalité ou la morbidité lorsqu’ils sont utilisés dans les 48 heures. Selon les propos de Coull, il y a quelques éléments qui indiquent que l’héparine en sous-cutané pourrait être utile pour prévenir une récidive d’AVC mais les bénéfices doivent être contrebalancés par les complications avec un risque hémorragique accru.

De ce fait, le comité ne recommande pas l’emploi de l’héparine en sous-cutané pour réduire le risque de récidive. Toutefois, elle devrait être considérée pour prévenir les thromboses veineuses profondes chez les certains patients à risque. « Malgré des décennies d’utilisation et les raisons physiologiques pour l’utiliser, il y a de façon surprenante peu d’essais randomisés sur les effets de l’utilisation de l’héparine et d’autres anticoagulants dans les heures qui suivent l’apparition des symptômes », note enfin Coull dans un communiqué de l’American Heart Association.

Source : American Heart Association. Stroke 2002 ;33 :1934-42

SR

Descripteur MESH : Accident vasculaire cérébral , Neurologie , Anticoagulants , Risque , Antiagrégants plaquettaires , Récidive , Mortalité , Ticlopidine , Rôle , Revue de la littérature , Patients , Morbidité , Littérature , Essais , Emploi , Éléments , Association

nuance

Recherche scientifique: Les +