nuance

La mort cellulaire programmée : grand gagnant du prix Nobel de médecine 2002

L’assemblée Nobel a décerné ce matin le prix Nobel 2002 de physiologie/médecine. Les lauréats Sydney Brenner, H. Robert Horvitz et John E. Sulston sont récompensés pour leurs travaux sur les mécanismes génétiques qui contrôlent la formation des organes et la mort cellulaire programmée.

D’une certaine façon, ce prix revient également au ver nématode Caenorhabditis elegans, devenu aujourd’hui un modèle d’étude de référence pour la connaissance des mécanismes de division et différenciation des cellules à l’échelle d’un organisme. En effet, les trois lauréats ont basé une grande partie de leurs travaux sur ce modèle de laboratoire.

Le prix 2002 couronne la mise en évidence des régulations génétiques qui assurent le contrôle de l’organogenèse et de la mort cellulaire programmée, processus notamment essentiel au maintien d’un nombre adéquat de cellules dans un organisme.

Ces trois scientifiques ont identifié les gènes en question chez le ver C. elegans et ont montré que « des gènes analogues existent dans les organismes supérieurs, y compris chez l’homme », précise un communiqué de l’Assemblée Nobel de l’Institut Karolinska.

Sydney Brenner (Berkeley, Californie) a été à la base de l’utilisation de C. elegans dans l’étude des mécanismes génétiques de la division cellulaires et de l’organogenèse.

John Sulston (Cambridge, Royaume-Uni), travaillant lui-aussi sur C. elegans, a construit une sorte d’arbre généalogique du ver. Cette carte permet de suivre la division et l’évolution des cellule et ses travaux ont établi que la mort cellulaire programmée était un mécanisme normal du développement. Par ailleurs, il a identifié la première mutation d’un gène impliqué dans ce mécanisme de mort cellulaire contrôlée.

Les recherches de Robert Horvitz portent sur l’identification et l’interaction des gènes qui contrôlent la mort cellulaire programmée chez C. elegans. Ces découvertes ont conduit à l’identification de gènes analogues chez l’homme.

Source : Assemblée Nobel

Descripteur MESH : Mort , Mort cellulaire , Prix Nobel , Médecine , Mécanismes génétiques , Gènes , Cellules , Californie , Connaissance , Mutation , Organismes

nuance

Recherche scientifique: Les +