Vous êtes dans : Accueil > Actualités médicales >

Diabète de type 2

174 résultats triés par date
affichage des articles n° 1 à 19

Prévention du diabète de type 2 : la modification des habitudes de vie est plus efficace que la metformine

Caducee.net, le 07 février 2002 : Un essai randomisé a comparé deux approches destinées à réduire le risque de développer un diabète de type 2 chez des personnes à risque. Un programme de perte de poids couplé à des exercices physiques réguliers permet de réduire de 58 % l'incidence des cas de diabète de type 2 par rapport au placebo. Un traitement par metformine a réduit l'incidence de 31 %. […].

Nouvelles données d'étude : « Januvia »® (sitagliptine) a permis de réduire les taux de glycémie de manière significative et n'a pas été associé à une hypoglycémie chez les sujets âgés atteints du diabète de type 2.

Businesswire, le 24 novembre 2008 : L'utilisation de la sitagliptine est approuvée pour le traitement du diabète de type 2 afin d'améliorer la régulation glycémique, en association avec la metformine, lorsqu'un régime alimentaire et une activité physique jumelés à un traitement à la metformine seule ne permettent pas de maîtriser adéquatement la glycémie ; en combinaison avec une sulfonylurée, lorsqu'un régime alimentaire et une activité physique jumelés à la prise de la dose maximale tolérée d'une sulfonylurée seule ne permettent pas de maîtriser adéquatement la glycémie et lorsque la metformine est inappropriée en raison de contre-indications ou d'intolérance ; et pour améliorer le contrôle glycémique, en association avec une sulfonylurée et la metformine, dans les situations où un régime alimentaire et une activité physique, combinés à une bithérapie avec ces agents, ne permettent pas une maîtrise glycémique adéquate. Comme cela est fréquent lors de l'utilisation d'autres agents anti-hyperglycémiques utilisés en combinaison avec une sulfonylurée, lorsque la sitagliptine est utilisée en association avec une sulfonylurée, qui est une classe de médicaments réputée pour causer une hypoglycémie, l'incidence d'hypoglycémie augmente par rapport à celle du placebo. Par conséquent, il peut être nécessaire de prescrire une dose plus faible de sulfonylurée réduire le risque d'hypoglycémie. Pour les patients atteints du diabète mellitus de type 2 chez lesquels l'utilisation d'un agoniste PPARγ (c.-à-d., une thiazolidinédione) est appropriée, la sitagliptine est indiquée en combinaison avec un agoniste PPARγ, lorsqu'un régime alimentaire et une activité physique jumelés à l'agoniste PPARγ seul ne permettent pas un contrôle suffisant de la glycémie. La sitagliptine ne doit pas être utilisée chez les sujets atteints du diabète de type 1 ou pour le traitement de l'acidocétose diabétique. Le produit est contre-indiqué chez les patients qui ont une hypersensitivité à la substance active ou à un des exicipients, et son utilisation en association avec l'insuline n'a pas été évaluée de manière adéquate. 3 […].

Dans le cadre de la prolongation d'une étude expérimentale, ONGLYZA™ (saxagliptine) plus insuline chez les patients adultes atteints de diabète de type 2 a permis de maintenir la diminution des taux de glucose sanguin (HbA1c)...

Businesswire, le 17 septembre 2011 : Dans le cadre de la prolongation d'une étude expérimentale, ONGLYZA™ (saxagliptine) plus insuline chez les patients adultes atteints de diabète de type 2 a permis de maintenir la diminution des taux de glucose sanguin (HbA1c) sur une période de 52 semaines […].

L'étude ACCORD Lipid apporte un nouvel espoir aux personnes souffrant de diabète de type 2 avec dyslipidémie athérogène, déclare la fondation académique internationale

PR Newswire, le 17 mars 2010 : ATLANTA, Georgia, March 17, 2010 /PRNewswire/ -- Le risque cardio-vasculaire peut être diminué de 31 % supplémentaires chez les patients souffrant de diabète de type 2 avec dyslipidémie athérogène, combinaison courante d'un taux élevé de triglycérides (TG, 204 mg/dl ou 2,3 mmol /L ou supérieur)) et de faibles taux de cholestérol HDL (cholestérol HDL, 34 mg/dl ou 0,88 mmol/L ou inférieur). Cela est obtenu en ajoutant du fénofibrate à la simvastatine. Seuls 20 de ces patients doivent être traités pendant 5 ans pour éviter un accident cardio-vasculaire. […].

Les données de référence d'une étude observationnelle européenne souligne les caractéristiques des patients atteints de diabète de type 2 débutant la prise d'insuline

PR Newswire, le 20 septembre 2007 : AMSTERDAM, Pays-Bas, September 20 /PRNewswire/ -- Amylin Pharmaceuticals, Inc. (NASDAQ : AMLN) et Eli Lilly and Company (NYSE : LLY) ont annoncé aujourd'hui les données de référence de INSTIGATE, une étude de 24 mois présentée au 43ème congrès annuel de l'Association européenne de l'étude du diabète (EASD) à Amsterdam, aux Pays-Bas. Les résultats de l'étude indiquent que les personnes atteintes de diabète de type 2 en Europe avaient débuté la prise d'insuline à un HbA1c moyen de 9,6 pour cent, alors que plus de 12 mois avant le début de la prise le HbA1c moyen était de 8,3 pour cent. La Fédération internationale du diabète recommande un HbA1c cible de 6,5 pour cent ou moins.(1) L'étude INSTIGATE est une étude observationnelle prospective continue visant à rassembler des données sur les médicaments du diabète, les résultats cliniques, le coût et la qualité de vie en rapport avec la santé et l'utilisation de ressources lorsque les patients atteints de diabète de type 2 débutent la prise d'insuline, au cours des six mois précédent le début de la prise et pendant les deux années suivantes. […].

Risque de diabète de type 2 : un gène identifié

Caducee.net, le 16 janvier 2006 : Un variant du gène « transcription factor 7-like 2 gene » (TCF7L2) est associé à une augmentation du risque de diabète de type 2. Ce risque serait plus de deux fois plus élevé chez les porteurs homozygotes de l’allèle en question, comparés aux non porteurs. […].

Un gène de prédisposition pour le diabète de type 2 a été identifié

Caducee.net, le 28 septembre 2000 : Le travail de plusieurs équipes de chercheurs américains a permis de caractériser un gène impliqué dans la prédisposition au diabète non insulino-dépendant. Cette découverte ne signifie en aucune façon que le gène du diabète de type 2 a été identifié. Cette maladie multifactorielle est le résultat de l'interaction de plusieurs gènes et de divers facteurs environnementaux. Des variations génétiques sur ce nouveau gène, dénommé CAPN10, semblent associées au développement du diabète non insulino-dépendant. […].

Fénofibrate et diabète de type 2 : réduction modérée du risque cardiovasculaire

Caducee.net, le 14 novembre 2005 : Un essai randomisé vient de préciser les effets du fénofibrate chez les patients avec un diabète de type 2. On note une réduction du risque combiné d’infarctus du myocarde (IDM), d’accident vasculaire cérébral (AVC) et de pontage aortocoronaire, mais le risque de décès par maladie coronarienne et d’IDM non fatal n’est pas diminué. […].

Des souris transgéniques qui surexpriment l’IGF-II dans les cellules bêta pancrétiques développent un diabète de type 2

Caducee.net, le 04 avril 2000 : La surexpresion d’IGF-II (insulin-like growth factor-II) par les cellules bêta des îlots pancréatiques peut entraîner un diabète de type 2 chez la souris. L’hyperplasie des ilôts et l’hypersécrétion d’insuline peuvent survenir précocement dans la pathogénèse de cette maladie, rapportent des chercheurs de l’Université autonome de Barcelone dans le dernière livraison du Journal of Clinical Investigation. […].

Modes de vie et alimentation : effets combinés de deux facteurs de risque sur la survenue de diabète de type 2.

Caducee.net, le 13 septembre 2001 : Il est reconnu que le diabète de type 2 est associé à un certain nombre de facteurs relatifs soit à l’alimentation soit au mode de vie. En revanche l’effet combiné de ces facteurs n’a encore jamais été réellement évalué. […].

Du café pour réduire le risque de diabète de type 2 ?

Caducee.net, le 08 novembre 2002 : Des chercheurs néerlandais estiment qu’une consommation importante de café peut contribuer à réduire le risque de développer un diabète de type 2. Ces auteurs se basent sur les données de plus de 17000 hollandais. […].

Traitement du diabète de type 2 par le GLP-1

Caducee.net, le 11 mars 2002 : Le Glucagon-like peptide 1 (GLP-1) est une hormone intestinale naturelle, sécrétée en association avec l’insuline, et retrouvée à bas taux chez les diabétiques de type 2. Dans cet essai clinique avec placebo, le traitement des patients atteints de diabète de type 2 par le GLP-1, a abouti à un bénéfice clinique (métabolique et fonctionnel) observé sur la durée de l’étude. […].

Traitement médicamenteux du diabète de type 2 : trop d’incertitudes, de nouveaux essais cliniques indispensables !

M. Christophe MENAUD, le 09 novembre 2012 : Le diabète de type 2 affecte plus de 4 % de la population française et a des conséquences sanitaires et économiques très lourdes [1]. En cas d’échec des mesures hygiéno-diététiques initialement recommandées, le traitement fait appel aux médicaments antidiabétiques oraux et à l’insuline ; la metformine est utilisée en première intention chez les diabétiques en surpoids [2]. Ces traitements entraînent une baisse de l’hémoglobine glycosylée (HbA1C) dans des essais cliniques de courtes durées (de 3 à 12 mois pour la plupart) [3]. […].

Une étude américaine fait le point sur l’hypertension et la thérapie antihypertensive en tant que facteurs de risques du diabète de type 2

Caducee.net, le 30 mars 2000 : Des médecins et épidémiologistes de la Faculté de médecine Johns Hopkins (Baltimore, Maryland, USA) et de l’Ecole de santé publique de l’Université du Minnesota à Minnneapolis,ont menée une étude afin de savoir si les thiazidiques et les bêta-bloquants peuvent stimuler après un délai 6 ans le développement d’un diabète de type 2. Au terme d’une étude prospective menée auprès de 12550 adultes non diabétiques, il apparaît au vu des résultats publiés dans le dernier numéro du New England Journal of Medicine (NEJM) que les inquiétudes sur le risque de survenue d’un diabète ne devraient pas empêcher les médecins de prescrire des thiazidiques à des adultes non diabétiques hypertendus. Ces auteurs montrent également par ailleurs que l’emploi de bêta-bloquants semble en revanche augmenter le risque de diabète, mais que cet effet secondaire doit « être évalué par rapport aux bénéfices prouvés de réduction du risque de survenue d’un événement cardiovasculaire ». […].

Après un an, les patients atteints de diabète de type 2 prenant de l'exenatide une fois par semaine présentaient des améliorations soutenues du contrôle de la glycémie et du poids ; les résultats de l'essai DURATION-1 ont été présentés à l'occasion de l'ADA 2008

PR Newswire, le 10 juin 2008 : SAN FRANCISCO, June 10 /PRNewswire/ -- Amylin Pharmaceuticals, Inc. (Nasdaq : AMLN), Eli Lilly and Company (NYSE : LLY) et Alkermes, Inc. (Nasdaq : ALKS) ont annoncé aujourd'hui les résultats d'une étude clinique ouverte de 52 semaines ayant démontré l'efficacité à long terme du traitement hebdomadaire par l'exenatide, une préparation d'exenatide à libération prolongée. Les patients prenant de l'exenatide une fois par semaine pendant un an présentaient une amélioration comparable du contrôle de la glycémie [HbA1c : -2,0 % +/- 0,08 ; glycémie à jeun (FPG) -2,61 +/- 0,17 mmole/L], comparativement aux patients recevant le traitement pendant 30 semaines [l'HbA1c s'éloigne de la ligne de référence : 1,9 % +/- 0,08 (moyenne des moindres carrés +/- erreur-type)]. L'étude a également permis de démontrer que les patients qui, après 30 semaines, sont passés de BYETTA(R) (exenatide) administré deux fois par jour par voie d'injection à l'exenatide administré une fois par semaine présentaient des améliorations supplémentaires de l'HbA1c et de la glycémie à jeun. À 52 semaines, 72 % de tous les patients ayant participé à l'étude avaient atteint une HbA1c finale de 7 % ou moins. D'un point de vue statistique, les patients des deux groupes de traitement ont enregistré une importante perte de poids à long terme de 4,3 kilogrammes en 52 semaines. Ces résultats ont été présentés à l'occasion des 68es sessions scientifiques annuelles (68th Annual Scientific Sessions) de l'American Diabetes Association (ADA), à San Francisco. […].

Le diabète de type 2 lié à un environnement prénatal diabétique

Caducee.net, le 30 mai 2003 : Une étude préliminaire publiée dans le Lancet indique que les enfants nés de mères avec un diabète de type 1 auraient un risque plus élevé de développer un diabète de type 2 à l’âge l’adulte, même en absence de transmission d’un caractère héréditaire du diabète de type 1 ou 2. […].

HAS : Stratégie médicamenteuse du contrôle glycémique du diabète de type 2

HAS, le 19 février 2013 : La HAS publie une recommandation de bonne pratique  visant à améliorer la qualité de la prise en charge des patients adultes atteints d’un diabète de type 2 par un meilleur contrôle glycémique.Cette RBP traite trois questions principales :    - la définition des objectifs glycémiques cibles ;    - la définition d’une stratégie médicamenteuse du contrôle glycémique ;    - la place de l’autosurveillance glycémique. […].

Astellas annonce la présentation orale de l'inhibiteur de SGLT2, en détaillant les caractéristiques d'innocuité et d'efficacité chez les patients atteints de diabète de type 2, lors de la réunion de l'Association américaine du diabète

PR Newswire, le 28 juin 2010 : TOKYO, June 28, 2010 /PRNewswire/ -- Astellas Pharma Inc. (Siège : Tokyo, président du conseil et président-directeur général : Masafumi Nogimori, « Astellas ») a annoncé que la société a présenté les résultats d'une étude japonaise de phase 2 conduite sur ASP1941, un inhibiteur de SGLT2 sélectif, los de la 70e Réunion scientifique de l'Association américaine du diabète (ADA), le 26 juin 2010 (Heure normale de l'Est). L'inhibiteur ASP1941 est conçu pour bloquer la réabsorption de glucose dans le rein et excréter le glucose dans l'urine. La présentation orale, ainsi que les quatre présentations par affiches, concernant la pharmacologie non clinique, la pharmacocinétique/pharmacodynamie et une étude de phase 2a menée aux États-Unis, constituent la première apparition d'Astellas dans une réunion de l'ADA et démontre l'engagement de la société pour trouver des traitements contre le diabète. […].

Les plus