nuance

Un programme de surveillance épidémiologique permet désormais de quantifier l'impact sanitaire de la pollution atmosphérique urbaine à partir de 9 grandes villes françaises

Un programme de surveillance épidémiologique - coordonné par l'Institut de Veille Sanitaire - permet de quantifier l'impact sanitaire de la pollution atmosphérique dans 9 villes françaises (Bordeaux, Le Havre, Lille, Lyon, Marseille, Paris, Rouen, Strasbourg et Toulouse). L'impact sanitaire étudié porte sur le nombre annuel de décès anticipés et le nombre d'admissions hospitalières attribuables à la pollution atmosphérique. Les résultats de ce programme* (intitulé ''PSAS-9'') sont présentés aujourd'hui.

L'objectif principal de ce programme** était de quantifier, à l'échelle de la population, les relations entre des indicateurs de pollution atmosphérique et des indicateurs de santé. De nombreuses études ont en effet montré que la pollution atmosphérique est associée à une augmentation de la fréquence de survenue de crises d'asthme, de bronchites ainsi que d'autres pathologies pulmonaires chroniques et cardiaques.

La méthodologie de PSAS-9 repose sur le croisement de variations dans le temps (à court terme : d'un jour à l'autre) d'indicateurs de l'état de santé d'une population (mortalité, admissions hospitalières) aux variations d'indicateurs d'exposition (de la même population) à la pollution atmosphérique (polluants mesurés)(1). La population totale étudiée est de plus de 11 millions de personnes réparties dans les 9 villes.

Pour l'ensemble des neuf villes, le nombre annuel de décès anticipés(2) attribuables à des niveaux de pollution atmosphériques supérieurs à 10 ?g/m3 est de 2786 pour la mortalité totale, 1097 pour la mortalité cardiovasculaire et 316 pour la mortalité respiratoire. On estime que 1834 décès anticipés (pour la mortalité totale) auraient pu être évités si les niveaux de pollution avaient été réduits de moitié. D'une manière générale, ce sont les niveaux de pollution photo-oxydante (dioxyde d'azote et ozone) qui conduisent le plus souvent au nombre de décès anticipés le plus élevé.

Pour les admissions hospitalières, il existe une association entre les admissions pour pathologie cardio-vasculaire chez les 15-64 ans et une augmentation de 10?g/m3 par jour de dioxyde de soufre [SO2] (l'excès de risque varie de 1,4% pour un exposition de 0-5 jours avant l'hospitalisation, à 1% pour une exposition la veille). Par ailleurs, l'excès de risque d'admission pour pathologie respiratoire suite à une exposition au dioxyde d'azote [NO2] durant les cinq jours précédents l'hospitalisation est de 3,7% chez les enfants. On estime que 748 hospitalisations auraient pu être évitées si les indicateurs de pollution avaient été ramenés à 10?g/m3 dans huit villes.

Financée par le Ministère chargé de l'Environnement et l'InVS, cette étude a bénéficié du concours de nombreux partenaires. Les résultats présentés aujourd'hui démontrent que la pollution atmosphérique urbaine reste un facteur de risque pour la santé d'où l'importance de disposer d'un système permanent de surveillance épidémiologique qui permet de quantifier ce risque.

* Programme de Surveillance Air et Santé 9 villes. Surveillance des effets urbains sur la santé liés à la pollution atmosphérique en milieu urbain - Phase 2. (le rapport complet et la synthèse sont disponibles sur le site Voir le site)

** Il s'agit de la deuxième phase du programme PSAS-9 (les résultats de la première phase ont été rendus public en avril 1999 et portaient sur l'analyse des relations à court terme entre la pollution atmosphérique et la mortalité, pour la période 1990-1995).

(1) Le croisement des variations d'indicateurs ''santé'' et d'indicateurs ''pollution'' permet de déterminer des relations exposition/risque, exprimées en pourcentage d'augmentation du risque de mortalité (ou d'admissions hospitalières) à court terme et pour une augmentation de 10 ?g/m3 par jour des niveaux d'indicateur de pollution.

(2) Il s'agit de décès qui surviennent un jour donné en relation avec la pollution, indépendamment de l'âge et d'autres facteurs de risque, et qui, en l'absence de pollution ce jour-là, ne se seraient pas produits.

Descripteur MESH : Villes , Paris , Mortalité , Risque , Santé , Population , Azote , Hospitalisation , Dioxyde de soufre , Environnement , État de santé , Facteurs de risque , Air , Ozone , Asthme , Personnes , Soufre , Temps , Association

nuance

Epidémiologie: Les +