nuance

Implants cochléaires : une implantation précoce et un mode de communication oral sont déterminants

Chez les enfants pour lesquels les prothèses auditives n'apportent pas de bénéfice, les implants cochléaires assurent une meilleure perception du langage. Un article qui paraîtra demain dans le Lancet indique que 5 ans après l'implantation, le nombre de mots perçus par minute passe de 0 à environ 45. Le succès de cette procédure est essentiellement lié à une implantation précoce et un mode de communication oral.

"Les implants cochléaires diffèrent des prothèses audditives classiques parce qu'ils passent outre l'oreille interne endommagée et stimulent directement le nerf audditif dans la cochlée", rappelle G. O'Donoghue et ses confrères de l'Hôpital Universitaire de Nottingham.

Ce système comporte un récepteur/stimulateur composé notamment d'électrodes directement implantées derrière l'oreille interne.

L'équipe de O'Donoghue a examiné 40 sujets pédiatriques atteints de surdité congénitale ou devenus sourds avant 3 ans (surdité prélinguistique). Ces sujets étaient âgés de 52 mois en moyenne au moment de l'implantatation cochléaire et ont reçu le même système multicanal (Nucleus, Cochlear Ltd,Sydney).

Cinq ans après l'implantation du dispositif, les auteurs ont évalué la capacité des sujets à comprendre un discours sans avoir recours à la lecture labiale ("connected discourse tracking").

La progression était constante au cours du temps. A l'issue du suivi, ces enfants étaient capables d'identifier en moyenne 44,8 mots par minute (+/- 24,3 mots) alors que leur score était de 0 avant l'implantation.

L'objectif premier de l'étude était de définir les facteurs prépondérants pour une meilleure compréhension du discours après l'implantation. Plusieurs facteurs ont été analysés : âge au moment de l'implantation, nombre d'électrodes insérées, origine de la surdité, mode de communication et groupe socio-économique.

"Un jeune âge au moment de l'intervention et un mode de communication oral sont les déterminants connus les plus importants pour la perception ultérieure du discours après une implantation cochléaire chez les jeunes enfants", concluent les médecins.

Ils ajoutent qu'une amélioration du dépistage néonatal des troubles auditifs assureraient une meilleure identification des sujets candidats.

Source : Lancet 2000;356:466-468. lien vers le site www.thelancet.com

Descripteur MESH : Communication , Perception , Implants cochléaires , Langage , Discours , Surdité , Électrodes , Oreille , Oreille interne , Implantation cochléaire , Dépistage néonatal , Cochlée , Lecture , Lecture labiale , Médecins , Compréhension , Temps

nuance

Recherche scientifique: Les +