nuance

Angor instable : la CRP serait un marqueur pronostique indépendant

Chez des patients admis en unité de soins cardiologiques pour angor instable, la persistance d’un taux de protéine C-réactive (CRP) supérieur à 15 mg/l à leur sortie est un marqueur indépendant et puissant du pronostic à court terme, indique une étude argentine publiée dans Circulation et qui sera présentée mardi au 72e Journées Scientifiques de l’American Heart Association.

On sait que la CRP est souvent élevée dans l’angor instable, ce qui reflète probablement la présence d’une inflammation sur le site de la lésion athéromateuse. Cette étude est la première à montrer que la CRP est un critère pronostique indépendant chez des patients cliniquement stabilisés après un épisode d'angor instable.

Ernesto Ferreiros et ses collaborateurs de l’Hôpital italien de Buesnos Aires ont mené une étude sur 194 patients consécutifs admis en USIC pour angor instable afin d’étudier la valeur pronostique sur 90 jours du taux sérique de la CRP à l’entrée, à J+2 et à la sortie de l’hôpital. L’objectif des investigateurs était également de comparer ce marqueur sérique à d’autres variables biochimiques et cliniques (fonction ventriculaire gauche, présence d’une ischémie silencieuse à l’admission).

Les auteurs rapportent que la valeur seuil de 15 mg/l pour la CRP est celle qui permet le mieux de prédire un pronostic défavorable (sensibilité et spécificité optimales). Aucune association n’a été retrouvée entre le taux de CRP à l’admission et le pronostic au cours de l’hospitalisation.

Les patients avec angor instable qui avaient un taux sérique de CRP supérieur à 15 mg/l avaient significativement plus de risque de présenter dans les 90 jours des événements cardiaques indésirables (décès, infarctus myocardique, angor réfractaire).

De plus, le taux de CRP apparaît être un marqueur pronostique indépendant par rapport à la clinique, l’ECG, le Holter, l’échographie bi-dimensionnelle.

L’analyse mulvariée fait ressortir qu’un taux de CRP >15 mg/l à la fin de l’hospitalisation est de tous les marqueurs celui qui est le plus fortement corréléà la survenue d’événements cardiaques indésirables au cours d’un suivi de 90 jours (hazard ratio 3,16, IC 95% 2,0-5,2, p=0,0001].

Selon les auteurs, ces données indiquent donc que, malgré un traitement intensif pour angor instable et la disparition des symptômes, la persistance d’un taux élevé de CRP pourrait être un important marqueur de l’instabilité de la plaque d’athérome et du risque accru de faire un accident cardiaque ischémique ultérieur.

A l’inverse, un faible taux de CRP après le traitement hospitalier pourrait être un indicateur de stabilité de la plaque.

Ces informations pourraient être très utiles pour sélectionner les patients les plus susceptibles de bénéficier d’un traitement plus agressif, concluent les investigateurs cliniciens.

Source : Circulation, 1999, 9 novembre, 100 : 1958-63 et 72nd American Heart Association Scientific Sessions (November 7-10).

Descripteur MESH : Angor instable , Patients , Association , Pronostic , Argentine , Protéine C , Soins , Risque , Fonction ventriculaire , Fonction ventriculaire gauche , Infarctus , Inflammation , Ischémie , Sensibilité et spécificité

nuance

Recherche scientifique: Les +