nuance

Les médecins régulateurs du centre 15 de Haute-Garonne sont en grève.

illustrationDepuis le 1er janvier, les médecins du centre de régulation médicale des urgences de Haute-Garonne sont en grève pour une durée illimitée. Ils réclament une revalorisation de leurs salaires et dénoncent le manque d'effectifs. Ils ont été immédiatement réquisitionnés par l'Agence Régionale de Santé. Ils assureront donc le service même en grève.

Une pression de plus en plus forte

Depuis 2003, le nombre d'appels reçus par le centre 15 du département a été multiplié par 10. Il est ainsi passé de 10 000 à 100 000 appels par an. Si les effectifs ont augmenté pour répondre à la demande, il ne l'ont pas été suffisamment selon les grévistes qui doivent parfois traiter plus d'une dizainne d'appel à l'heure. La pression est d'autant plus forte que les médecins exercent très souvent en libéral et risque en cas d'erreur des procès qu'ils devront assumer seuls.

Le seconde revendication est salariale.

Les régulateurs toulousains ont fait leur calcul. Avec 70 € de l'heure, il gagnent 23% de moins que leur confrères montpelliérains qui émargent à 92 € et 39% de moins que leur confrères bordelais qui ont obtenu 115 € de l'heure.

 

«Nos collègues bordelais ou montpelliérains ont su, à un moment, taper du poing sur la table et se faire respecter... Il faut absolument revoir la rémunération, mais aussi le système d'assurance. Si nous étions couverts comme des médecins hospitaliers, nous serions beaucoup plus sereins.» déclare François Escat à la Dépêche.

Sur le même sujet :

FRANCE 3
La dépêche

 

 

Source de l'illustration

 

Descripteur MESH : Médecins , Santé , Urgences , Pression , Assurance , Médecins hospitaliers , Rémunération , Risque

nuance

Actualités professionnelles: Les +