nuance

Paiement à l'épisode de soins : Le bloc milite contre

illustrationAlors que la FEHAP et 19 établissements de santé adhérents se sont mobilisés pour expérimenter le financement forfaitaire à l’épisode de soins pour la prise en charge de la prothèse de hanche, le BLOC, syndicat majoritaire chez les chirurgiens des plateaux techniques lourds appellent les praticiens de blocs opératoires à refuser de participer à ces expérimentations.

Le paiement à l'épisode de soins consiste à financer l'ensemble des professionnels de santé publics et privés impliqués dans le parcours de soins du patient de façon forfaitaire avec une enveloppe unique, incluant tant l'acte chirurgical en lui même, que les consultations de préhospitalisation, les soins et le suivi postopératoire ou le matériel médical. 4 actes chirurgicaux sont éligibles pour ces expérimentations : les colectomies pour cancer colique, les prothèses totales de hanche (PTH), les prothèses totales de genou (PTG), les ligamentoplasties du genou.

Si l'objectif affiché par les autorités est de faire émerger des organisations innovantes permettant l’amélioration du parcours des personnes, l’efficience du système de santé et de l’accès aux prises en charge, pour le BLOC, ces expérimentations n'ont non seulement pas fait leurs preuves à l'étranger, mais elles mettent en danger l'exercice libéral et le système de santé dans sa globalité.

En mai dernier le BLOC et la SOFCOT avaient publié une étude médico-économique confiée à l'économiste Frédéric Bizard qui avait analysé le paiement à l'épisode de soins concernant la prothèse hanche et de genou en Suède et aux États-Unis. Il en ressortait que l'efficacité médicale de ces modes de financement n'avait pu être démontrée et que les risques financiers importants pesaient tant sur les patients qui ont vu leur reste à charge augmenter que sur les professionnels de santé qui selon les éventuelles complications n'y trouvaient plus leur compte.

En dépit d'investissements importants, l'expérimentation américaine a même été abandonnée

Concernant la France, l'économiste pointe également du doigt les risques suivants :
- sélection des patients;
- des surcoûts administratifs élevés;
- une complexité des circuits financiers générant des tensions entre les acteurs du parcours,
- remise en cause de la responsabilité et de l’indépendance professionnelles

Ce nouveau mode de financement va créer un choc organisationnel dans des établissements publics déjà fragilisés et augmenter la charge administrative. Quant à son application à l’exercice libéral, c’est incompatible avec notre indépendance professionnelle, notre autonomie financière par rapport aux établissements et notre responsabilité juridique. Dans un contexte d’effondrement de notre système de santé, l’expérimentation de mécanismes dont l’échec est garanti est un luxe que nous devons éviter. C’est pourquoi il faut rejeter ces expérimentations afin de ne pas aggraver l’effondrement du système.

Descripteur MESH : Soins , Épisode de soins , Santé , Hanche , Blocs opératoires , Établissements de santé , Prothèse de hanche , Genou , Patients , Choc , Colique , France , Investissements , Personnes , Suède

nuance

Pratique médicale: Les +