nuance

Contraceptifs oraux et risque de cancer du sein chez les femmes avec un antécédent familial

La prise de contraceptifs oraux développés avant 1975 est associée à un risque accru de cancer du sein chez les femmes présentant des antécédents familiaux. Parmi les sœurs ou les filles de femmes avec un cancer du sein, la prise de ces contraceptifs multipliait par 3 le risque de développer un cancer du sein, par rapport à celles qui n'en utilisaient pas.

Ceci est le résultat d'une étude publiée dans la dernière parution du Journal of American Medical Association. Ce travail a été conduit par D. Grabick et des collaborateurs de la Mayo Clinic (Rochester) et de l'Université du Minnesota.

Ces auteurs rappellent que les contraceptifs oraux sont légèrement associés à une augmentation du risque de cancer du sein dans la population générale. Cependant, leur impact chez des femmes appartenant à des familles à risque est moins clair. D'autres travaux ont montré que les contraceptifs oraux réduisaient le risque de cancer de l'ovaire, ce qui à conduit à conseiller la prise de contraceptifs oraux des femmes présentant un risque familial de cancer de l'ovaire/sein.

Quatre cent vingt-six (426) familles ont été étudiées afin d'évaluer dans quelle mesure la relation contraceptifs oraux/cancer du sein pouvait être influencée par des antécédents familiaux. Les cas de cancer du sein avaient été diagnostiqués dans ces familles entre 1944 et 1952 et un suivi des membres de ces familles a été conduit entre 1991 et 1996.

Cette étude portait sur 394 sœurs ou filles de patientes atteintes d'un cancer du sein, 3.002 petites filles et nièces et 2.754 femmes mariées à un membre de la famille.

"Dans les 426 familles, les sœurs et les filles [de patientes avec un cancer du sein] qui avaient toujours utilisé des contraceptifs oraux avaient un risque significativement plus élevé de cancer du sein comparé aux sœurs et aux filles qui n'en utilisaient pas", écrivent les auteurs. Le risque relatif était égal à 3,3 (IC 95 % = 1,6-6,7).

Les contraceptifs oraux ne modifiaient pas le risque de cancer du sein chez les sœurs, les nièces ou chez les femmes issues d'autres familles. Ces résultats n'étaient pas modifiés par l'ajustement pour les facteurs confondants suivants : nombre de grossesses, âge au premier accouchement, âge aux premières règles, ovariectomie, tabagisme et niveau d'instruction.

L'étude montre également que l'augmentation du risque était encore plus marquée dans les familles (n = 132) où au moins 3 cas de cancer du sein avaient été diagnostiqués. "Parmi les sœurs et les filles [de patientes avec un cancer du sein] dans les familles à haut risque, l'utilisation continue de contraceptifs oraux était associée à un risque relatif de 4,6", précisent les auteurs.

Pour les femmes dont un parent proche avait eu un cancer du sein, l'augmentation du risque était plus nette chez celles qui prenaient des contraceptifs oraux avant 1975, période ou les dosages en œstrogènes et en progestatifs étaient plus élevé. Les auteurs soulignent que le risque de cancer du sein n'était pas augmenté chez celles qui utilisaient des contraceptifs oraux après 1975, aussi bien chez les parents directs que chez les membres issus d'autres familles. Néanmoins, ils ajoutent que le nombre de femmes sous contraceptif après 1975 et avec un antécédent familial proche était réduit, ce qui limite la valeur statistique de ce dernier résultat.

"Ces résultats suggèrent que les femmes qui ont toujours utilisé les premières formulations de contraceptifs oraux, et qui ont également un parent au premier degré avec un cancer du sein, pourraient être des sujets à haut risque pour le développement d'un cancer du sein", concluent les auteurs. Toutefois, d'autres études restent indispensables afin d'évaluer l'impact des contraceptifs actuels dans les familles à haut risque.

Source : JAMA 2000;284:1791-1798

Descripteur MESH : Tumeurs du sein , Risque , Femmes , Gynécologie , Contraceptifs , Contraceptifs oraux , Membres , Famille , Minnesota , Ovaire , Ovariectomie , Parents , Population , Tabagisme , Travail

nuance

Recherche scientifique: Les +

Un nouveau rapport de l'IFPA révèle le lien entre la maladie psoriasique et la santé mentale

Une IA pour détecter précocement les maladies pancréatiques lors des écho-endoscopies

La DNDi et BenevolentAI collaborent pour accélérer la recherche de médicaments vitaux contre la dengue

La FDA a accordé la désignation de procédure accélérée au CMG901 pour le traitement du cancer gastrique ou du cancer de jonction gastro-œsophagienne non résécable ou métastatique qui ont rechuté et/ou qui sont réfractaires aux thérapies approuvées

ASICS - STATE OF MIND INDEX : UNE ÉTUDE MONDIALE SOULIGNE L'IMPACT POSITIF DU SPORT SUR LA SANTÉ MENTALE

La Food and Drug Administration des États-Unis a octroyé la désignation de médicament orphelin au CMG901 pour le traitement du cancer gastrique et de l'adénocarcinome de jonction gastro-œsophagienne

Jubilant Therapeutics Inc. annonce que des inhibiteurs isoformes sélectifs de la PAD4 présentent une sélectivité et une puissance in vitro, une biodisponibilité orale et une activité antitumorale in vivo élevées

Personalis publie de nouvelles données prouvant la capacité d’un algorithme hautement sensible à détecter la perte d’hétérozygotie du gène HLA

La Patient Safety Movement Foundation annonce les dates et la liste des intervenants du 8e Sommet mondial annuel sur la sécurité des patients, la science et la technologie

Traitement de l'APDS : Pharming présente des données positives de l'essai de phase II/III sur le leniolisib