nuance

#BloqueTonBloc : les IBODE se mobilisent le 7 novembre à Paris et dans toute la France

illustrationC’est le 7 novembre 2019 prochain à 14 h 30 que le syndicat des Ibode (SNIBO) donne rendez-vous à tous les infirmiers et infirmières de bloc opératoire face au ministère de la Santé et des Solidarités à Paris. Ils espèrent ainsi arriver à faire entendre leur colère et leur exaspération à Agnès Buzyn qui vient pourtant de doucher leur espoir de négociation. La ministre de la Santé vient en effet d’écarter l’idée de toute hausse des salaires pour le personnel hospitalier ainsi que toute progression du point d’indice. En grève depuis le 23 septembre, les Ibode durcissent logiquement leur mouvement.

La grève, seul moyen de communication avec Agnès Buzyn


La tension ne retombe pas dans les blocs opératoires et les Ibode revendiquent d’être écoutés ET entendus par la ministre qui ne semble pas prendre la mesure de l’intensification du mouvement.

Aussi, le SNIBO appelle tous les Ibode à se rendre à la mobilisation qui se déroulera le 7 novembre 2019 de Montparnasse jusqu’à la porte du ministère, avenue Duquesne, où une délégation du Syndicat entend être reçue pour exposer à la ministre leurs revendications.

Pour les Ibode qui ne pourront se rendre à Paris, des mouvements régionaux sont prévus à Marseille, Rennes, Strasbourg, Lyon, Toulouse.


Rappel des revendications

– L’application pleine et entière de notre Décret d’actes (Décret 2015-74 du 27 janvier 2015). Cette exclusivité d’exercice est une preuve supplémentaire de la compétence et de l’expertise des IBODE dans la pratique de la suture et dans la réalisation de l’immobilisation de fracture. Le pacte de « refondation des urgences » présenté par la ministre de la Santé prévoyant la mise en place de protocoles de coopération est une atteinte à notre champ de compétences !

– Une prime spécifique de 300 € suite à l’obtention de nos actes exclusifs

– Une revalorisation des grilles indiciaires pour les Ibode et cadres Ibode dans les établissements privés et publics et le dégel du point d’indice des fonctionnaires

– Une NBI de 30 points : les IBODE sont les seuls acteurs du bloc opératoire à ne pas percevoir la NBI. Notre fonction comporte l’exercice d’une responsabilité particulière et d’une haute technicité majorée par nos actes exclusifs.

– Un échéancier concret sur la reprise active de la réingénierie de notre formation avec le Ministère de la Santé et des Solidarités et le Ministère de l’enseignement supérieur (entamée depuis plus de 10 ans et arrêtée depuis 1 an)

– Un véritable plan de formation (école d’IBODE ou VAE) des IDE en fonction dans les blocs opératoires dans les établissements de santé publics et privés

– Une reconnaissance de la pénibilité de notre profession et de la dégradation des conditions de travail dans les blocs opératoires

– Les étudiants infirmiers de bloc opératoire revendiquent l’homogénéisation de la prise en charge de la formation IBODE, et une concrétisation de la suppression des 2 ans d’exercice infirmier pour accéder à la formation IBODE.

Descripteur MESH : Paris , Santé , Mouvement , Infirmiers , Face , Négociation , Colère , Personnel hospitalier , Blocs opératoires , Urgences , Communication , Coopération , Étudiants , Travail , Établissements de santé

nuance

Actualités professionnelles: Les +