Retraite : la CARMF annule les 4,8 % de revalorisation des pensions prévue au 1er janvier 2023

illustrationLa Caisse autonome de retraite des médecins a annoncé ce mardi l’annulation de la hausse des pensions de retraite qu’elle avait planifiée au 1er janvier 2023.

85 000 médecins à la retraite ne verront pas leur pension revalorisée de 4,8 % au 1er janvier 2023 comme cela était initialement prévu. Elle en rejette la responsabilité sur le gouvernement qui prévoit dans le PLFSS une exonération de cotisations vieillesse pour les médecins retraités qui reprendront une activité libérale l’an prochain, en dessous d’un niveau de revenu fixé par décret.

En effet cette mesure se traduirait pour la CARMF par une baisse des cotisations estimée à 73 millions d’euros. Et comme elle n’a obtenu aucune garantie de compensation de l’État, la CARMF a dû prendre « avec amertume » cette mesure afin de préserver « l’équilibre financier ».

Du côté du gouvernement on explique que cette exonération de cotisations est temporaire et répond à une demande des médecins et que de ce fait il n’est pas prévu de compensations concernant la retraite complémentaire.

«Remettre les médecins retraités au travail»

Lors de son interview sur France 2 le 26 octobre, le président de la République avait annoncé que les médecins retraités pourront cumuler revenus salariés et pension de retraite. Une mesure qui s’inscrit dans la volonté du chef de l’état de lutter contre les déserts médicaux.

« Tous les médecins qui arrivent à la retraite, on va leur permettre de prendre leur retraite, mais au premier jour de leur retraite, ils pourront continuer à exercer leur activité en touchant l’intégralité de leurs revenus sans cotisations retraite ». E. Macron

Si la prise de mesures incitatives à l’endroit des médecins retraités qui voudront bien reprendre du service semble louable eu égard aux tensions qui pèsent sur la démographie médicale, il apparait difficilement compréhensible que cela se fasse au détriment des médecins retraités qui ne peuvent ou ne veulent plus exercer.

Priver des médecins qui ont cotisé toute leur carrière d’une revalorisation d’autant plus justifiée par les chiffres de l’inflation pourrait être assimilé par beaucoup comme un coup de poignard dans le dos.

Enfin si vraiment l’équilibre financier de la CARMF est assuré par les cotisations des médecins retraités, il est peu probable que cela témoigne d’une bonne gestion.

« C’est avec une immense amertume que le Conseil d’administration de la CARMF a décidé d’annuler l’augmentation des retraites de 4,8 % au 1er janvier 2023 prévue dans le régime complémentaire.

En effet le PLFSS 2023, en exonérant de cotisations les médecins en cumul retraite-activité libérale, est responsable d’une baisse des cotisations de 73 millions d’euros dans ce régime, baisse pour laquelle la CARMF n’a pas obtenu de garantie de compensation.

Dans ces conditions et en dépit de la peine que lui provoque une telle mesure, pour maintenir l’équilibre financier et l’harmonie intergénérationnelle, le Conseil a dû prendre une mesure extrême.

Le Conseil souhaite que la Tutelle, seule responsable de cet état de fait, trouve rapidement une issue à cette situation. » CARMF

Descripteur MESH : Pensions , Retraite , Médecins , Conseil , Gouvernement , Dos , Démographie , Revenu , France

Actualités professionnelles: Les +