nuance

Prophylaxie des infections à Candida par le fluconazole chez le nourrisson à risque

Un traitement prophylactique par le fluconazole des nourrissons ayant un très faible poids à la naissance pendant les 28 premiers jours d’existence diminue le risque de colonisation rectale par des espèces de Candida. De plus ce traitement est sûr. C’est ce qui ressort d’une étude parue dans la revue Pediatrics.

Les infections à Candida sont une cause importante de morbidité et de mortalité chez les nourrissons de très petit poids à la naissance. Les interventions actuelles se focalisent sur le traitement une fois qu’une septicémie à Candida est suspectée ou diagnostiquée. Des études suggèrent que la colonisation par des espèces de Candida sont un facteur de risque important pour des infections ultérieures.

Le Dr S. Kicklighter et ses collaborateurs ont mené une étude prospective, randomisée et contre placebo afin de savoir si la prophylaxie par le fluconazole lors des 28 premiers jours de vie résulterait en une diminution de l’incidence de la colonisation par Candida chez des enfants de très faible poids.

Sont entrés dans l’étude 103 enfants âgés au plus de 72 heures, dont le poids était < 1500 g et admis en soins intensifs entre 1998 et 1999. Des cultures rectales visant à déterminer la présence d’espèces de Candida ont été réalisées le jour de la randomisation et aux jours 7, 14 et 28 de vie. Des cultures supplémentaires ont été effectuées aux jours 35, 49 et 56 de vie, pour les enfants dont le poids était < 1250 g.

Les enfants ont reçu soit du fluconazole (6 mg/kg), soit un placebo le jour de la randomisation. Des doses supplémentaires ont été données toutes les 72 h jusqu’au jour 7 de vie, et puis toutes les 24 h jusqu'au jour de vie 28.

Les taux d’aspartate aminotransférase et d’alanine aminotransférase ont été mesurés le jour de la randomisation et aux jours 7, 14, et 28 de vie afin d’évaluer la toxicité du fluconazole. La concentration minimale inhibitrice (CMI) du fluconazole a été déterminée pour toutes les cultures positives afin d’évaluer le développement de la résistance.

L’étude montre que les enfants qui ont reçu le fluconazole (n=53) et le placebo (n=50) ne présentaient pas de différences statistiques au niveau des risques majeurs connus pour augmenter le risque de septicémie à Candida chez les nourrissons de très petit poids.

La colonisation rectale par des espèces de Candida a été détectée chez 8 des 53 enfants traités par le fluconazole (15,1 %) et chez 23 des 50 enfants ayant reçu le placebo (46 %).

Le fluconazole réduit significativement la colonisation rectale du quatorzième au cinquante sixième jour de vie.

Les taux d’alanine aminotransférase étaient plus élevés pour le groupe fluconazole vs groupe placebo (18,1 UI/l vs 15 UI/l), mais aucune anomalie clinique significative n’a été observée.

Candida albicans a été l’espèce la plus souvent isolée. Il n’y a pas eu d’augmentation du nombre d’espèces de Candida pour lesquelles une résistance pour le fluconazole avait été notée. Enfin, les auteurs n’ont pas trouvé de différence significative dans la CMI du fluconazole pour tous les isolats de C. albicans, quel que soit le groupe et la période.

Les auteurs concluent que malgré l’intérêt de la prophylaxie apporté par le fluconazole chez ces sujets à haut risque, des études plus importantes restent nécessaires afin de déterminer la prophylaxie des septicémies à Candida et le développement de la résistance et ce, avant d’envisager ce type de traitement préventif en routine.

Pediatrics 2001 ; 107(2) : 293

Descripteur MESH : Fluconazole , Candida , Infectiologie , Nourrisson , Risque , Vie , Placebo , Morbidité , Mortalité , Soins , Soins intensifs , Statistiques

nuance

Recherche scientifique: Les +