nuance

Les taxes sur le tabac doivent être augmentées, estime l'OMS

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) appelle les pays membres à augmenter leurs taxes sur le tabac et notamment dans les pays en développement. La Banque mondiale estime qu'une augmentation de 10 % du prix des cigarettes dans le monde se traduirait par l'arrêt du tabac pour 42 millions de personnes, avec 10 millions de décès évités.

Une nouvelle étude de l'OMS a révélé que le prix des cigarettes a globalement augmenté dans les pays riches ces dix dernières années alors qu'il a reculé significativement dans les pays en développement.

Dans certains de ces pays, "les produits du tabac sont maintenant moins chers qu'il y a dix et ils coûtent parfois moins que du pain ou du riz", fait savoir l'OMS dans un communiqué.

Si la tendance n'est pas inversée, on assistera à une augmentation très marquée de la mortalité et de morbidité liée au tabagisme. La situation des pays les moins favorisés sera la plus critique car les projections de l'OMS prévoient que "70 % des 8,4 millions de décès imputables au tabagisme en 2020 se produiront dans les pays en développement".

La lutte contre le tabagisme doit passer par une taxation dissuasive des produits. "L’augmentation des prix reste l’une des méthodes les plus efficaces pour freiner la consommation des produits du tabac et réduire ainsi le taux mondial de mortalité qui leur est imputable", a commenté le Dr Derek Yach.

Directeur à l'OMS du département des maladies non transmissibles et santé mentale, le Dr Yach est de des auteurs de l'étude sur l'évolution des prix du tabac dans le monde au cours de la dernière décennie. Les résultats seront prochainement publiés dans la revue Tobacco Control.

Selon les chiffres de la banque mondiale, une augmentation de 10 % du prix des produits du tabac diminuerait la demande respectivement de 4 % et 8 % dans les pays riches et dans les pays à revenus faibles. Au mois 10 millions de décès seraient évités grâce à une multiplication du prix réel par seulement 1,1.

L'efficacité des mesures de taxation a été bien comprise par l'industrie du tabac. L'OMS rappelle à ce sujet le contenu de documents de Philip Morris et British American Tobacco (BAT) qui ont pu être obtenus à l'occasion du contentieux Outre-Atlantique.

D'après un document de Philip Morris International : "De tous les sujets de préoccupation, celui qui nous inquiète le plus a trait à la taxation. Si les restrictions imposées au marketing, à la consommation du tabac en public et au tabagisme passif font bien baisser les volumes des ventes, notre expérience montre que la taxation a encore des effets plus lourds. Elle prend donc une place essentielle dans notre réflexion sur le tabagisme et la santé".

"Avec l’augmentation des taxes et la diminution de la consommation qui en résulterait, l’industrie du tabac pourrait perdre toute sa vitalité", pouvait-on lire dans un document interne de la BAT.

L'industrie du tabac n'est pas uniquement en cause et seul un effort concerté des gouvernements pourra accentuer et coordonner la prévention et la lutte contre le tabagisme.

Source : OMS

SR

Descripteur MESH : Tabac , Santé , Membres , Personnes , Organisation mondiale de la santé , Arrêt du tabac , Tabagisme , Produits du tabac , Mortalité , Lutte , Industrie du tabac , Industrie , Morbidité , Pain , Méthodes , Marketing , Santé mentale

nuance

Recherche scientifique: Les +