nuance

La toxine botulique de type A pour traiter la spasticité post-AVC

D’après les résultats d’une large étude multicentrique randomisée avec placebo, une injection intramusculaire unique de toxine botulique de type A (Botox) permet de réduire la spasticité des mains et des poignets consécutives à un accident vasculaire cérébral (AVC), ainsi que les handicaps associés.

L’hypertonie de type spastique des membres supérieurs constitue l’une des complications invalidantes d’un AVC. Les chercheurs américains du groupe d’étude Botox Post-Stroke Spasticity Study Group</i> ont cherché à savoir si le curarisant botox pouvait réduire le handicap des personnes atteintes de spasmes musculaires au niveau du poignet et de la main.

Les auteurs ont procédé sur 126 sujets à des injections intramusculaires de botox (2000 à 240 unités), regardé ses effets ainsi que son efficacité après 4, 6, 8 et 12 semaines, vis à vis des principaux handicaps provoqués par les spasmes musculaires.

Les personnes traitées au botox ont présenté un meilleur contrôle de leur tonus musculaire que les personnes sous placebo, dès la quatrième semaine et jusqu’à 12 semaines (P<0,0001).

A 6 semaines, ils étaient 62% du groupe Botox (contre 27% dans le groupe placebo) à avoir amélioré au moins un critère sur l’échelle d’évaluation Disability Assesment Scale. Aucun effet secondaire indésirable n’a été observé.

Les auteurs concluent à une efficacité et à une innocuité du traitement de la spasticité post-AVC par la toxine botulique de type A en disant: «les observations suggèrent que la toxine botulique est utile pour améliorer le tonus musculaire, ainsi que sa fonction et sa qualité chez les patients atteints de spasmes musculaires des doigts et des poignets après un AVC».

Source: N Engl J Med 8 août 2002; 347:395-400

PI

Descripteur MESH : Accident vasculaire cérébral , Placebo , Étude multicentrique , Personnes , Tonus musculaire , Doigts , Injections , Main , Membres , Patients , Poignet

nuance

Recherche scientifique: Les +