nuance

Syndrome coronarien aigu : la génétique mise à mal ?

Diverses variations génétiques ont été identifiées comme étant des facteurs de risque potentiels pour le syndrome coronarien aigu. Cependant, une nouvelle étude menée sur un large effectif n’a pas confirmé ces précédents résultats en étudiant 85 variations génétiques.

« Avant qu’ils ne soient employés en clinique, les facteurs de risque génétiques potentiels devraient idéalement être mis en évidence dans des populations importantes de patients bien caractérisés. A ce jour, aucune validation de ce type n’a été rapportée pour les variations génétiques qui pourraient être associées au syndrome coronarien aigu ou à l’athérosclérose », écrivent Morgan et collaborateurs dans un article publié dans la dernière livraison du JAMA.

Ces auteurs ont étudié le génotype de 811 patients avec un syndrome coronarien aigu pour rechercher 85 variations génétiques qui touchaient 70 gènes et qui avaient été identifiées comme des facteurs de risque potentiels. La recherche était également effectuée chez 650 sujets contrôle.

« Nous n’avons pas pu confirmer que ces 85 variations génétiques étaient des facteurs de risque pour le syndrome coronarien aigu parce qu’aucune d’entre elles n’a été validée sans équivoque dans cette large étude cas-contrôle de 1461 participants », concluent les auteurs d’après les résultats obtenus. Ces derniers ajoutent que certaines de ces variations génétiques sont déjà employées en clinique, que cet usage est selon eux prématuré et qu’il souligne le besoin de confirmer des associations supposées sur de larges effectifs.

Source : JAMA. 2007;297:1551-1561.

Caducée.net ©Tous droits réservés. Enregistrement, reproduction et copie interdits.

Descripteur MESH : Génétique , Facteurs de risque , Risque , Syndrome , Syndrome coronarien aigu , Patients , Gènes , Génotype , Prématuré , Recherche , Reproduction

nuance

Recherche scientifique: Les +