nuance

L’Assurance Maladie agit pour la prévention de l’asthme du boulanger

La farine est la première cause d’asthme professionnel en France. Constamment exposé aux poussières de farine*, les boulangers sont, par nature, les plus touchés. Les allergies respiratoires (asthme et rhinite), sont en effet particulièrement fréquentes dans la profession : 1 professionnel sur 4 atteint d’affections respiratoires est un boulanger.

Cette maladie professionnelle constitue un grave problème de santé publique car de nombreux professionnels, craignant le licenciement ou le reclassement, ne déclarent pas leur asthme.

Pour protéger de cette maladie près de 100 000 boulangers directement exposés (30 000 artisans et près de 70 000 salariés), la Caisse Nationale de l’Assurance Maladie des Travailleurs Salariés et la profession ont décidé de travailler ensemble avec un double objectif : préconiser des solutions afin de diminuer les expositions aux poussières de farine dans les fournils et organiser une large information.

Des mesures de prévention simples et efficaces élaborées avec la profession

Constitué en septembre 1999, un groupe de travail** réunissant l’Assurance Maladie, la profession et l’Institut National de Recherche et de Sécurité a élaboré et testé pendant près de 2 ans différents dispositifs techniques pour réduire l’exposition aux poussières de farine.

Après une analyse des données disponibles sur le sujet, ce groupe de travail a mené une étude d’évaluation des tâches les plus néfastes lors de la fabrication du pain. Cette étude a permis de déclencher une série d’essais sur trois niveaux : matériel, produits et processus de travail. Objectif : comparer l’exposition aux poussières de farine que peut respirer le boulanger, dans diverses situations de travail.

Sur la base de ces essais validés en septembre 2001, des solutions pour diminuer les émissions de poussière dans les fournils ont été préconisées et expérimentées avec succès par les boulangers sur site.

Certaines de ces solutions sont aisées à mettre en œuvre. Apprendre à vider son sac de farine sans le secouer, étaler la farine à la main sans la projeter ou utiliser la raclette aidant à couper la pâte pour nettoyer le plan de travail au lieu de la soufflette ne demande aucun réaménagement des postes de travail, ni d’investissement financier mais simplement de nouvelles méthodes de travail à mettre en place.

En revanche, d’autres solutions proposées nécessitent des investissements comme par exemple procéder à la ventilation du local, acheter une diviseuse anti-projection ou un aspirateur à filtre retenant les micro-particules.

Un enjeu majeur : informer et sensibiliser des professionnels

Le résultat des tests effectués et les mesures de prévention préconisées ont été publiés sous la forme d’un document technique destiné aux professionnel s de la boulangerie intitulé " Les réactions allergiques aux poussières de farine ".

Cette publication a été diffusée à 27 000 exemplaires, en tant que supplément, dans la revue professionnelle " Les nouvelles de la Boulangerie Pâtisserie " en décembre 2001.

Plus récemment, la CNAMTS avec l’INRS, la CRAMIF et la CANAM*** ont participé au 6 ème salon de la boulangerie qui s’est tenu du 1 er au 4 février 2004 à Paris (porte de Versailles). L’objectif était de faire connaître aux professionnels de ce secteur les moyens simples et efficaces qui existent pour réduire les poussières de farine au fournil.

Sur son stand, la CNAMTS proposait 3 espaces ouverts aux boulangers et pâtissiers : un espace de documentation, un espace de discussion avec un médecin du travail spécialisé en boulangerie, et un espace d’exposition de matériel.

Aujourd’hui, c’est à la profession d'introduire progressivement ces nouvelles pratiques pour que les salariés les adoptent complètement.

* La journée d’un boulanger est rythmée par des tâches telles que le transport de la farine, sa pesée, le vidage des sacs dans le pétrin, le fleurage (acte de saupoudrer la farine) provoquant sans cesse de forts dégagements de poussières, juste sous son nez.

** Orchestré la Direction des risques professionnels de la CNAMTS, ce comité de pilotage est composé de l’INBP (Institut National de la Boulangerie-Pâtisserie), LEMPA (Laboratoire d’Essais des Matériels et Produits Alimentaires), CANAM (Caisse Nationale d’Assurance Maladie des professions indépendantes), CNBF (Confédération Nationale de la Boulangerie-Pâtisserie française), l’INRS (Institut National de Recherche et de Sécurité), Les CRAM (Caisse Régionale d’Assurance Maladie) de Normandie et d’Ile-de-France.

*** INRS (Institut National de Recherche et de Sécurité), CRAMIF (Caisse régionale d’Assurance Maladie d’Ile de France), CANAM (Caisse nationale d’Assurance Maladie des professions indépendantes)

Descripteur MESH : Maladie , Farine , France , Asthme , Nature , Rhinite , Travail , Solutions , Sécurité , Recherche , Professions , Pain , Ventilation , Santé publique , Santé , Projection , Poussière , Paris , Nez , Méthodes , Main , Investissements , Expositions , Essais , Documentation

nuance

Epidémiologie: Les +