nuance

La lutte contre le paludisme nécessite des interventions ciblées et adaptées

L'OMS rappelle dans son Relevé Epidémiologique Hebdomadaire du 22 septembre "qu'il n'existe pas de remède universel" contre le paludisme. Toute intervention doit être menée en fonction d'un contexte local et de situations économiques et épidémiologiques particulières. Plusieurs solutions, d'un bon rapport coût/efficacité, sont actuellement disponibles. Améliorer l'efficacité des traitements et renforcer la prévention par des mesures accessibles et adaptées constituent les deux priorités de la lutte antipaludique.

Le Sommet Africain sur l'initiative Faire reculer le paludisme s'est déroulée à Abuja en avril 2000. Dans le dernier numéro du Relevé Epidémiologique Hebdomadaire, l'OMS résume l'essentiel des mesures à mettre en œuvre pour intensifier la lutte antipaludique.

Si aucun traitement ne permet actuellement de lutter contre le paludisme dans toutes les conditions, des mesures précises et localisées ont déjà prouvé leur efficacité. Le coût financier de ces opérations est essentiel.

Plusieurs mesures présentent un bon rapport coût/efficacité. Parmi elles, l'OMS cite les médicaments préemballés qui peuvent faciliter la prescription et un usage familial, la chimioprévention durant la grossesse ou encore l'emploi de moustiquaires imprégnées d'insecticides ou "la pulvérisation à effet rémanent" dans les habitations.

Concernant l'amélioration de la qualité des traitements, un effort particulier doit être consenti auprès des professionnels de santé sur les traitements efficaces et leurs dosages. Parallèlement, des mesures complémentaires doivent faciliter l'accès aux antipaludéens efficaces pour les populations touchées.

L'OMS note également que "différentes technologies prometteuses deviennent disponibles". Les suppositoires à l'arténusate peuvent limiter les symptômes durant les accès les plus graves et ainsi faciliter le transport vers des centres de soins dédiés et de nouveaux tests facilitent l'accès à un diagnostic fiable.

Les moustiquaires imprégnées d'insecticides apparaissent au centre des moyens de prévention. Cependant, leur coût pourrait limiter leur utilisation dans les familles nombreuses par exemple. Le développement de moyens de ré-imprégnation et l'allégement des taxes sur ces produits pourraient pallier ces limitations économiques.

Source : Relevé Epidémiologique Hebdomadaire No. 38, 2000, 75, 305-312

Descripteur MESH : Lutte , Paludisme , Médecine , Solutions , Insecticides , Moustiquaires , Amélioration de la qualité , Chimioprévention , Diagnostic , Emploi , Grossesse , Santé , Soins , Suppositoires

nuance

Recherche scientifique: Les +