nuance

L'apport de l'homéopathie et des thérapeutiques complémentaires à la collectivité et aux patients face aux risques de l'antibiorésistance

illustration« Dans la seconde moitié du 20e siècle, les antibiotiques nous ont apporté des réponses thérapeutiques particulièrement efficaces. Ils se sont avérés indispensables pour lutter contre de nombreuses maladies infectieuses. Mais un usage exagéré, une prescription sans assez de discernement, les ont rendus aujourd'hui moins efficaces. De plus, ils constituent une menace pour l'environnement. C'est pourquoi il est temps d'associer les thérapeutiquescomplémentaires et alternatives, et en particulier l'homéopathie et la médecine anthroposophique à la lutte contre les maladies infectieuses, dans une visée intégrative de la médecine », a déclaré Gesine Klein, biologiste allemande, présidente d'ECHAMP (European Coalition on Homeopathic & Anthroposophic Medicinal Products), lors du symposium ECHAMP organisé à Marseille le 16 avril 2018.

Cette réunion animée par Robbert Van Haselen, directeur de l'International Institute for Integrated Medicine (INTEMDI), a associé les points de vue de scientifiques, de médecins et de patients, avec la volonté derapprocher les professionnels de santé et les patients devenus experts de leur propre prise en charge.

L'antibiorésistance, capacité d'un micro-organisme à résister aux effets des antibiotiques, serait responsable de 700 000 morts par an dans le monde, dont 25 000 en Europe, 12 500 en France [1]. Selon une étude britannique, le nombre pourrait même atteindre dix millions de personnes à l'horizon 2050.

Le Pr Philippe Hartemann (France), Professeur en santé publique (Faculté de Médecine, Université de Nancy) dresse un tableau inquiétant de l'avancée de l'antibiorésistance en Europe. La situation est contrastée : utilisés avec parcimonie dans les pays scandinaves, les antibiotiques sont trop « automatiques » - pour paraphraser une célèbre campagne de communication des années 1990- dans d'autres pays, comme la Grèce et la France. Plus gros consommateur mondial d'antibiotiques par tête d'habitant, la France est le pays où l'on constate le plus de résistances microbiennes. Ce qui est vrai pour la médecine humaine l'est également pour la médecine vétérinaire. La moitié de la production d'antibiotiques est utilisée en élevage, ces animaux absorbant quelques 1 400 tonnes d'antibiotiques par an.

 

L'antibiorésistance pose ainsi un double défi : celui de la résistance des germes infectieux à l'action thérapeutique des antibiotiques et celui de la pollution médicamenteuse.

 

Pour le Pr Hartemann, les solutions préventives sont plurielles. Parmi elles : l'hygiène, mais aussi la qualité du diagnostic et le discernement avant toute prescription d'antibiothérapie chez l'homme comme chez l'animal. Il plaide aussi pour le recours aux thérapeutiques complémentaires et alternatives. « La situation est critique et chacun est aujourd'hui informé. Les médecins doivent s'engager dans une démarche de renouvellement de leur pratique, dans le cadre d'une concertation internationale », a lancé le Pr Hartemann à l'adresse de ses confrères, ajoutant que l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), l'Organisation des Nations Unies pour l'Alimentation et l'Agriculture (FAO) et l'Organisation Mondiale de la Santé Animale (OIE) coordonnent leur action sur ce point.

 

Le Pr Erik Baars (Pays-Bas), chercheur au Louis Bolk Instituut de l'Université des Sciences appliquées de Leiden, professeur de médecine anthroposophique, épidémiologiste et co-directeur scientifique de ESCAMP [2], a montré comment les thérapeutiques complémentaires et alternatives peuvent être utilisées pour un usage plus circonspect des antibiotiques.

 

« Des stratégies de traitement supplémentaires des infections de soins primaires courantes, utilisées par les médecins, devraient être explorées pour voir si elles peuvent intervenir dans la lutte contre la résistance aux antimicrobiens », a-t-il déclaré.

 

A cette fin, il a mené une première étude à partir de données du National Health Service (Royaume Uni) destinée à mesurer la prescription des médecins généralistes formés à ces thérapeutiques [3], dans un pays où elles ne sont nullement encouragées. Cette étude montre que ces praticiens ont des taux plus faibles de prescription d'antibiotiques. Pour confirmer ces premiers résultats, les recherches futures vont intégrer les comportements des patients et en mesurer l'effet sur la prescription d'antibiotiques. Ces derniers - jeunes parents angoissés par exemple - exercent parfois une réelle pression sur le médecin pour obtenir une prescription d'antibiotiques. Le Pr Baars préconise d'ailleurs l'utilisation d' « ordonnance retardée », un procédé qui consiste à délivrer une ordonnance tout en invitant le patient à ne se procurer et à n'utiliser les médicaments antibiotiques qu'en cas d'aggravation avérée du tableau clinique.

 

En écho à cette approche épidémiologique, le Dr Henri Carrée (France) a témoigné de son expérience de médecin généraliste homéopathe. Sa pratique médicale l'a convaincu de l'intérêt d'une approche complémentaire entre antibiothérapie et homéopathie, cette dernière pouvant conforter l'action de la première. Pour ce praticien qui a d'abord exercé en tant que médecin urgentiste, les deux approches tiennent compte, l'une de la lutte nécessaire contre l'agent pathogène, l'autre du terrain du malade, ce terrain étant l'ensemble des facteurs génétiques et physiologiques qui favorisent la survenue d'une maladie et peuvent influencer le pronostic.


Agir ensemble dans un mouvement citoyen responsabilisant chacun des acteurs de la santé

 

Robert Johnstone (Royaume Uni), représentant de l'European Forum for Good Clinical Practice (Forum européen pour les Bonnes Pratiques Cliniques) a fermement engagé les patients comme les professionnels de santé à agir ensemble dans un mouvement citoyen responsabilisant chacun des acteurs de la chaîne de santé.

 

Selon M. Johnstone, « évoluer vers un système de santé centré sur le patient nécessite une expression forte de leur part. Sans l'influence des patients, les thérapeutiques complémentaires et alternatives resteront réservées à une population sensibilisée à cette cause. Aujourd'hui, les autorités de santé tendent enfin à considérer les patients comme des experts : leur expérience de maladies souvent chroniques, avec son lot d'observations personnelles et de prises de décisions, les légitiment en tant que tels. »

 

Pour ce militant engagé sur tous les fronts de la santé, les réalités ne doivent en aucun cas être « manichéennes ». Il est devenu nécessaire de « poser un regard transversal sur la diversité des pratiques de santé. »

 

La consultante Christine Belhomme (Terre de Santé - France) développe auprès d'établissements hospitaliers et d'EHPAD une approche innovante de la Responsabilité sociétale des entreprises (RSE). Prenant en compte les enjeux environnementaux, sociaux et éthiques dans leurs activités, certains de ces établissements se sont engagés dans une intégration raisonnée des thérapeutiques complémentaires et alternatives. Il en résulte en premier lieu des bénéfices pour les patients, mais aussi une moindre consommation de médicaments lourds, donc un bénéfice économique... et pour les personnels eux-mêmes, le sentiment constaté de « retrouver plus de sens à leur pratique ».

 

Intégrer les thérapeutiques complémentaires et alternatives à la lutte contre l'antibiorésistance

 

Cette convergence des points de vue a montré que la lutte contre l'antibiorésistance passe par une meilleure intégration des thérapeutiques complémentaires et alternatives. Les participants à ce symposium d'ECHAMP ont insisté sur la nécessité de former les étudiants à ces techniques, tout comme à mieux les sensibiliser aux sciences humaines.

 

Utiles à la santé publique et source d'économies pour la collectivité, les thérapeutiques complémentaires et alternatives sont déjà intégrées dans la pratique d'un quart environ des médecins généralistes français, apportant ainsi une contribution directe à la lutte contre l'antibiorésistance.

 

Une approche intégrative de la médecine et des stratégies thérapeutiques apporterait aux médecins et aux professionnels de santé de demain, mais aussi aux patients, de nouvelles solutions thérapeutiques permettant d'éviter le recours exagéré aux antibiotiques.

 

Le secteur des médicaments homéopathiques et anthroposophiques, tel que représenté par ECHAMP, s'engage ainsi à contribuer à résoudre la menace liée à l'antibiorésistance.

 

A propos d'ECHAMP

ECHAMP, Coalition Européenne des Médicaments Homéopathiques et Anthroposophiques, a été fondée en 1999. Cette association professionnelle compte une soixantaine de laboratoires et de partenaires associés, répartis dans 18 États membres de l'Union Européenne et en Suisse. Ensemble, tous veulent contribuer à établir la crédibilité de l'industrie comme un acteur de santé durable à l'échelle européenne.

ECHAMP reconnaît le rôle important que l'homéopathie et la médecine anthroposophique peuvent jouer dans les soins de santé. A ce titre, l'association promeut le développement de l'industrie des médicaments homéopathiques et anthroposophiques. Elle défend les normes et standards conformes à la tradition et aux systèmes thérapeutiques de ces techniques médicales et pharmaceutiques. Elle plaide pour un environnement européen réglementaire approprié et équilibré, reflet et garantie de la qualité et de l'innocuité de ces médicaments.

Membres français d'ECHAMP : Weleda France, Sevene et Laboratoires Gilbert.

 

[1] Organisation Mondiale de la Santé, Le monde commence à manquer d'antibiotiques, Rapport, Genève, 20 septembre 2017
[2] ESCAMP - European Scientific Cooperative on Anthroposophic Medicinal Products - http://www.escamp.org/
[3] Do NHS GP surgeries employing GPs additionally trained in integrative or complementary medicine have lower antibiotic prescribing rates? Retrospective cross-sectional analysis of national primary care prescribing data in England in 2016, Esther T van der Werf, Lorna J Duncan, Paschen von Flotow, Erik W Baars, BMJ Open Mar 2018, 8 (3) e020488; DOI: 10.1136/bmjopen-2017-020488 - Article en libre accès distribué conformément à la licence Creative Commons Attribution Non Commercial (CC BY-NC 4.0).

Descripteur MESH : Homéopathie , Patients , Face , Santé , Environnement , France , Médecine , Médecins , Lutte , Association , Médecins généralistes , Mouvement , Laboratoires , Industrie , Santé publique , Organisation mondiale de la santé , Europe , Soins , Solutions , Agriculture , Population , Personnes , Pression , Tête , Pronostic , Rôle , Union européenne , Thérapeutique , Sciences humaines , Suisse , Parents , Nations Unies , Membres , Médecine vétérinaire , Maladie , Hygiène , Grèce , Étudiants , Élevage , Économies , Diagnostic , Démarche , Communication , Animaux

nuance

Médicaments: Les +