nuance

Prévention contre la grippe : la FEHAP s’engage

illustrationLa FEHAP s’engage concrètement dans la prévention en prenant en charge la vaccination antigrippale de l’ensemble de ses salariés sur la base du volontariat[1]. Elle incite également l’ensemble de ses services et établissements adhérents à prendre en charge financièrement les coûts de la vaccination antigrippale pour leurs salariés.

 

« C’est parce que nous nous vaccinons aujourd’hui que nous éviterons la contamination demain. Cette maxime prend tout son sens pour les professionnels de santé et du social en contact régulier avec des personnes fragiles » rappelle Antoine Perrin, directeur général de la FEHAP.
Le virage du curatif au préventif constitue un des axes majeurs des vingt-neuf propositions regroupées sous forme de fiches thématiques que la FEHAP a élaborées afin d’apporter sa contribution à la concertation sur la Stratégie Nationale de Santé 2018 -2022. 

La France est aujourd’hui l’un des pays où la défiance à l’égard de la politique vaccinale est la plus forte, ce qui a conduit à la réapparition d’infections comme la rougeole ces dernières années.​​​​​​

Notre pays connait chaque année une épidémie de grippe qui dure de 4 à 12 semaines et qui touche 2 à 6 millions de personnes. Maladie virale souvent bénigne, elle peut entrainer des complications graves, voire le décès, chez les personnes fragiles : personnes âgées de plus de 65 ans, personnes souffrant de maladie chronique, femmes enceintes, nourrissons… Plus de 90% des décès liés à la grippe (9 000 en France environ) interviennent chez des personnes de plus de 65 ans[2]. Néanmoins, certaines années, le virus, qui mute d’une année sur l’autre, touche préférentiellement des classes de populations plus jeunes. Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), 3 à 5 millions de cas graves de grippe entrainent 250 000 à 600 000 décès dans le monde[3].  

Selon Santé publique France, la vaccination constitue le meilleur moyen de protection contre la grippe : c’est le moyen le plus efficace de prévention de la grippe saisonnière. Elle réduit le risque de complications graves et de transmission du virus. Le rapport bénéfice/risque est en faveur de l’acte vaccinal : peu ou pas d’effets secondaires pour environ 2000 décès évités en moyenne chaque année chez les personnes âgées[4]. En raison des modifications génétiques constantes des virus grippaux, la composition du vaccin contre la grippe peut différer d’une année à l’autre. Tous les ans, l’OMS émet une recommandation sur les souches virales devant être incluses dans le vaccin. Elles correspondent à celles qui ont majoritairement circulé durant l’hiver précédent, et qui sont ainsi plus susceptibles d’être présentes lors de l’hiver suivant. La campagne 2017 de vaccination contre la grippe saisonnière a débuté le 6 octobre 2017 et se poursuivra jusqu’au 31 janvier 2018 en France métropolitaine, Martinique, Guadeloupe et Guyane.

A propos de la FEHAP

La Fédération des Établissements Hospitaliers et d’Aide à la Personne privés non lucratifs, née en 1936, est la fédération de référence du secteur Privé Non Lucratif présente depuis 80 ans dans tous les champs de la protection sociale. Les établissements et services Privés Non Lucratifs allient la mission de service public et un mode de gestion privée, pour l’intérêt collectif. Les missions d’intérêt général et d’utilité sociale des établissements sont les suivantes : garantir l’accès aux soins, la prise en charge et l’accompagnement de tous, assurer la permanence et la continuité des soins et la prise en charge tout au long de la vie de toutes les pathologies, de tous les handicaps et de la perte d’autonomie.

La FEHAP en chiffres, c’est 4 500 établissements et services sanitaires, sociaux et médico-sociaux gérés par plus de 1600 organismes gestionnaires (associations, fondations, congrégations, mutuelles, organismes de retraite complémentaire et de prévoyance), plus de 246 600 lits et places, 280 000 professionnels pour 2,5 millions de personnes accueillies chaque année.

En savoir plus : www.fehap.fr

[1] [http://vaccination-info- service.fr] Le vaccin ne doit pas être utilisé en cas d’allergie aux substances actives, à l’un des autres composants du vaccin, ou aux résidus à l’état de traces, comme les œufs ou les protéines de poulet. Il convient de se référer à la notice de ces vaccins, disponibles sur le site de la base de données publique des médicaments pour connaître l’ensemble des contre-indications. 
[2] [http://vaccination-info- service.fr]
[3] [www.inserm.fr]
[4] [www.ameli.fr]                                                                                              

 

Descripteur MESH : Vaccination , Personnes , France , Santé , Virus , Soins , Maladie , Organismes , Politique , Vie , Vaccins , Secteur privé , Santé publique , Rougeole , Risque , Retraite , Protéines , Base de données , Martinique , Maladie chronique , Lits , Guadeloupe , Fondations , Femmes enceintes , Femmes , Continuité des soins

Hôpital: Les +