nuance

Une étude sur l'attitude des cancérologues américains face à l'euthanasie et au suicide médicalement assisté

Une étude réalisée auprès de plus de 3000 cancérologues américains montre que 3,7 % et 10,8 % d'entre eux ont déjà procédé à une euthanasie ou ont participé à un suicide assisté. Les cancérologues n'ayant pas réussi à prodiguer tous les soins jugés nécessaires étaient plus enclins à pratiquer l'euthanasie.

La pratique de l'euthanasie et du suicide médicalement assisté sont deux pratiques controversées aux USA. Environ 70 % des patients qui envisagent ces procédures sont des patients cancéreux en phase terminale. Emanuel et al présentent dans la dernière parution des Annals of Internal Medicine une étude sur l'attitude des cancérologues américains face à ces deux procédures de fin de vie.

Cette étude a été réalisée à l'aide de questionnaires adressés à 6642 cancérologues membres de l'American Society of Clinical Oncology; 3299 médecins ont complété le questionnaire. Les questions portaient sur l'attitude du médecin face à un patient avec un cancer de la prostate en phase terminale, le sujet étant centré sur l'euthanasie et le suicide médicalement assisté. Dans l'euthanasie, le médecin met fin à la vie du patient sur sa demande. Le suicide médicalement assisté est équivalent à un suicide, le médecin donnant au patient les moyens de mettre fin à ses jours.

Parmi les cancérologues ayant répondu au questionnaire, 22,5 % étaient en faveur du suicide médicalement assisté et 6,5 % en faveur de l'euthanasie pour un patient avec un cancer de la prostate en phase terminale et un echec dans la prise en charge des douleurs.

Durant leur exercice, 3,7 % avait déjà pratiqué une euthanasie et 10,8 % un suicide médicalement assisté. Par ailleurs, 62,9 % avaient déjà été confronté à la demande de patients pour une de ces deux procédure, 31 % d'entre eux ayant reçu une demande de malade dans l'année précédente.

L'étude montre également que les cancérologues qui exprimaient des réticences à augmenter les doses de morphine en cas de douleurs insoutenables étaient moins enclins à avoir recours à l'euthanasie ou au suicide médicalement assisté. Cette tendance a été retrouvée chez ceux qui estimaient avoir bénéficié d'un entraînement et d'une formation appropriés.

Dans leur conclusion, les auteurs notent que "Les demandes d'euthanasie ou de suicide médicalement assisté semblent diminuer avec l'amélioration de l'entraînement aux soins de fin de vie et la capacité des médecins à fournir ce soin aux patients".

Source : Ann Intern Med 2000;133:527-32

Descripteur MESH : Euthanasie , Suicide , Attitude , Face , Soins , Suicide assisté , Patients , Vie , Médecins , Prostate , Tumeurs de la prostate , Membres , Morphine , Questionnaires

nuance

Recherche scientifique: Les +