#IPA : 41 620 € d’aides pour les infirmières en pratique avancée qui s’installent dans les zones sous-denses en Bretagne

illustrationÀ compter de septembre 2020, l’ARS Bretagne accompagne financièrement l’installation des infirmières en pratique avancée (IPA) en déployant un dispositif expérimental : versement d’une aide de 13 500 euros aux IPA libéraux s’installant en exercice coordonné au sein des territoires classés en Zone d’Intervention Prioritaire (ZIP) ou Zone d’Action Complémentaire (ZAC) selon le zonage médecins libéraux.

41 620 € d'aides forfaitaires cumulées

Cette aide financée par le Fonds d’intervention régional est cumulable avec l’aide conventionnelle de l’assurance maladie pour toute installation d’un IPA en pratique libérale exclusive, d’un montant de 27 000 € ainsi que du forfait annuel de coordination qui est de 1 120 € pour un exercice en zone médicale sous-dense.

Au total une IPA qui s’installe en Bretagne en zone sous dense peut prétendre à une enveloppe de 41 620 €

L’IPA s’engage en contrepartie à : 

  • S’installer et maintenir son activité dans la zone déficitaire pendant 5 années au moins
  • Adhérer au projet de santé du territoire (adhésion à un projet de santé CPTS, MSP ou ESP) 
  • Réaliser un temps de travail d’au moins 3 jours/semaine
  • À atteindre un seuil d’activité minimum : 50 patients la première année puis 150 à partir de la 2e année.

Au terme d’une première année de mise en œuvre, l’expérimentation fera l’objet d’une évaluation.

Prévue par la loi de modernisation du système de santé, la pratique avancée apporte une nouvelle réponse pour accompagner l’évolution des besoins de santé de la population, notamment ceux liés aux maladies chroniques et au vieillissement. Validée par un diplôme d’État, la formation d’une durée de deux ans apporte aux infirmiers de pratique avancée (IPA) des compétences élargies (renouvellement, adaptation des traitements existants, prescription d’examens en lien avec la prise en charge, de médicament non soumis à prescription médicale obligatoire, surveillance clinique, mener des actions de prévention ou de dépistage…).

LARS Bretagne accompagne aussi la formation des IPA

L’ARS Bretagne finance la formation des IPA libéraux à hauteur de 21 200 euros par an.

En Bretagne, les universités de médecine de Rennes et Brest ont d’ores et déjà accueilli, depuis la rentrée 2018,

85 infirmiers. La première promotion rennaise est ainsi sortie diplômée en juin 2020. Celle de Brest le sera en décembre.

IPA : un plus pour la qualité et l’accès aux soins

Depuis 2018, et après avoir obtenu leur diplôme, quel que soit leur statut, les infirmiers peuvent exercer en pratique avancée au sein d’une maison ou pôle de santé pluridisciplinaire, en communauté professionnelle territoriale de santé (CPTS), en établissement sanitaire ou médico-social.

Cette pratique vise à libérer du temps médical pour le médecin et favoriser la diversification des compétences des infirmiers. Au sein d’une équipe pluri professionnelle, coordonnée par le médecin traitant, l’IPA contribuera à l’amélioration des parcours de soins des patients, entre les soins de premier recours, les médecins spécialistes, le secteur médico-social et le secteur sanitaire, en développant la concertation entre professionnels de santé.

Plus d’informations

Descripteur MESH : Médecins , Santé , Infirmiers , Temps , Soins , Patients , Maladie , PAPS , Vieillissement , Médecine , Universités , Travail , Population

Actualités professionnelles: Les +