nuance

Et si les infirmiers libéraux jetaient eux aussi l’éponge ?

illustrationEt si les infirmiers libéraux jetaient eux aussi l’éponge ? C’est la panique en France ! Épidémie incontrôlable, sur contamination des soignants, non-respect des gestes barrières… Et au milieu de tout ça, les 140 000 infirmiers libéraux sont livrés à eux-mêmes !

Le PLFSS 2021 est en cours de discussions à l’Assemblée nationale. Nous sommes ravis de lire que les salaires des aides à domicile vont être revalorisés en espérant que les ASV seront bien bénéficiaires à 100 % de ces aides…

Nous sommes ravis de lire que les EHPAD vont bénéficier d’aides supplémentaires pour mieux s’organiser et recruter… Au-delà du PLFSS, nous sommes ravis de voir la CGT rejoindre la discussion post Ségur… après une procédure. Du coup nous sommes ravis de voir le sourire de Nicolas Revel, qui a bientôt atteint les sommets de son ambition après avoir largement orchestré la déstructuration des soins à domicile, au côté de notre Premier ministre.

Nous sommes ravis de voir les syndicats dits “représentatifs” des infirmiers libéraux se gausser d’obtenir tant d’avancées pour notre profession. Et enfin nous sommes ravis d’apprendre que l’État propose des indemnités supplémentaires pour les IDE qui voudraient renoncer à leurs congés tellement mérités en débloquant 2,4 milliards qu’ils auraient pu mettre sur la table lors du Ségur pour revalorise les salaires !

En réalité, les infirmiers libéraux demeurent les grands oubliés de notre système de santé Le PLFSS ne prévoit pas grand-chose pour nous à part un hypothétique métier intermédiaire entre infirmier et médecin qui nous laisse craindre la suprématie des IPA sur notre exercice sans jamais étendre nos compétences, officialiser des pratiques devenues courantes… Bref, rien de nouveau à l’horizon.

Alors quelles solutions pour les IDEL à part cesser son activité libérale, écrasés que nous sommes par les charges incompressibles liées à notre activité et qui s’accentuent avec l’épidémie, nous contraignant à dépenser toujours plus pour nous protéger et protéger nos patients…

Jeter l’éponge est la solution que nombre d’entre nous ont choisie ou choisiront quand cette épidémie prendra fin. Car y’en a marre d’être les grands oubliés de ce système ! Y’en a marre d’être les pantins de la cnam ! Y’en a marre que les médias ne parlent que de l’hôpital alors que la plupart des malades sont soignés à domicile ! Y’en a marre d’être méprisés par notre ministre, dont le simple fait de nommer les infirmiers libéraux semble lui brûler les lèvres.

Aussi nous demandons aux syndicats qui ont le “privilège” de discuter avec les tutelles, je nomme CI, la Fni et le Sniil, et si tant est qu’on puisse parler de “négociations”, de dénoncer l’avenant 6, qui annonce la baisse de nos forfaits pour les personnes très âgées et fragiles, d’imposer les infirmiers libéraux comme acteurs de premier recours, d’exiger la création de l’acte de consultation infirmière avec la rémunération qui va avec, mais aussi reconnaître notre autonomie afin que les patients COVID mis dehors de l’hôpital puissent être pris en charge correctement à domicile en l’absence récurrente de prescription et enfin d’exiger de véritables négociations et pas la pantomime qu’on nous sert depuis une trentaine d’années !

Faites valoir nos droits ! 

Antoinette Tranchida, Présidente de l'Organisation Nationale des Syndicats d’Infirmiers Libéraux

Descripteur MESH : Infirmiers , Gestes , Panique , Syndicats , Solutions , Sourire , Soins , Personnes , Patients , Santé , Rémunération

nuance

Actualités professionnelles: Les +