nuance

Une enquête mondiale présentée lors du sommet numérique sur le cancer du foie 2021 révèle les lourdes conséquences de la première vague de la COVID-19 sur la prise en charge du cancer du foie

Sommet numérique sur le cancer du foie 2021 : Une enquête mondiale évaluant l'incidence de la COVID-19 sur le cancer du foie a révélé des retards dans le dépistage, le diagnostic et le traitement de la maladie. Des experts ont en outre émis de sérieux avertissements concernant les taux de survie au cancer du foie.

 

GENÈVE, 4 février 2021 /PRNewswire/ -- Les retards des programmes de dépistage, de l'imagerie diagnostique et des biopsies, la réduction du nombre de médecins disponibles pour traiter les patients atteints d'un cancer du foie, l'annulation de la chirurgie et une baisse du nombre de patients inscrits aux essais cliniques, n'étaient que quelques-uns des problèmes signalés dans l'enquête.

L'enquête mondiale sur les résultats concernant le cancer du foie dans le cadre de la pandémie de COVID-19 (CERO-19), menée par le groupe de cancérologie du foie du centre hospitalier de Barcelone, le CIBEREH (Centro de Investigacion Biomedica en Red de Enfermedades Hepaticas y Digestivas) et l'Ospedale Maggiore Policlinico de Milan, comprenait 76 centres de traitement du cancer de forte capacité qui ont été sollicités lors de la première vague de la pandémie. Dans le cadre de cette enquête, il a été constaté que 87 % des centres avaient modifié leur pratique clinique pour les patients atteints de cancer du foie. Ces centres étaient présents en Europe, en Amérique du Nord, en Amérique du Sud, en Afrique et en Asie.

À l'échelle mondiale, environ 800 000 personnes reçoivent un diagnostic de cancer du foie chaque année, ce qui représente 700 000 décès.

Les résultats, présentés aujourd'hui au sommet numérique sur le cancer du foie 2021 de l'Association européenne pour l'étude du foie (EASL), ont révélé une série d'interruptions dans le processus de diagnostic et de prise en charge. Au total, 40,8 % des centres ont déclaré avoir modifié les procédures de diagnostic, 80,9 % ont modifié les programmes de dépistage et 39,5 % ont modifié les examens par imagerie.

Le Dr Sergio Muñoz-Martinez, auteur principal de l'étude, explique : « Nos résultats reflètent l'impact de la COVID-19 sur le dépistage, le diagnostic et le traitement des patients atteints d'un cancer du foie dans le monde entier pendant la première vague de la pandémie. Les modifications apportées à la prise en charge du cancer du foie en raison de cette crise induisent la possibilité d'un diagnostic de cancer à un stade ultérieur de la maladie pour un plus grand nombre de patients. »

Des études antérieures ont montré que des résultats moins bons étaient associés à une attente ou à un report du traitement de deux mois.

Il a été démontré que le personnel infirmier en oncologie hépatique avait joué un rôle plus central en assurant des consultations téléphoniques avec les patients et en participant à la transformation numérique des services. « La crise de la COVID-19 a favorisé l'investissement dans les ressources infirmières en oncologie hépatique, ce qui reflète le rôle croissant de ces soignants, mais également dans l'éducation et les services de conseil des patients et de leurs familles », a déclaré le Dr Muñoz-Martinez.

« Les analyses futures fourniront des informations précieuses sur l'efficacité clinique des stratégies qui ont été mises en œuvre pendant cette crise sanitaire dévastatrice. »

Descripteur MESH : Foie , Diagnostic , Maladie , Incidence , Taux de survie , Survie , Patients , Rôle , Programmes , Asie , Amérique du Sud , Amérique du Nord , Afrique , Essais , Médecins , Personnel infirmier , Auteur , Éducation , Conseil , Association

nuance

Pratique médicale: Les +