Les médecins généralistes exercent majoritairement en groupe et avec un secrétariat

illustrationDeux nouvelles études ont été publiées par la DREES à partir du quatrième Panel d’observation des pratiques et des conditions d’exercice en médecine générale. La première s'intéresse aux modalités d'exercice des généralistes, seuls, en cabinet de groupe, monoprofessionnel ou pluriprofessionnel.  La seconde porte sur le recours à un secrétariat, une plateforme d'appels ou un outil de prise de rendez-vous en ligne.   

Sept médecins généralistes sur dix exercent en groupe

Depuis 2010, l’exercice regroupé est de plus en plus plébiscité par les médecins généralistes : fin 2010, 54 % des médecins exerçaient en groupe, contre 61 % en 2019 et 69 % début 2022. La fréquence de l’exercice en groupe est plus élevée chez les médecins âgés de moins de 50 ans (87 %, contre 53 % pour les 60 ans ou plus) et chez les femmes (80 %, contre 62 %). Elle varie aussi selon les régions (62 % des médecins généralistes de Provence-Alpes-Côte d’Azur, contre 82 % de ceux des Pays de la Loire) et est plus faible dans les zones sous-denses.

Quatre médecins généralistes sur dix sont installés dans un groupe pluriprofessionnel

L’exercice en groupe pluriprofessionnel, qui rassemble un ou plusieurs généralistes avec d’autres professionnels de santé, et pas seulement des professions médicales, progresse : il concerne 40 % de l’ensemble des médecins et 60 % des médecins exerçant en groupe. Le développement de l’exercice pluriprofessionnel est en partie porté par l’augmentation du nombre de maisons de santé pluriprofessionnelles (MSP). Ces structures regroupent, sur un ou plusieurs sites, des médecins et d’autres professionnels de santé, dans une approche d’exercice coordonné formalisée par un projet de santé commun. Début 2022, un médecin sur six travaille dans une maison de santé pluriprofessionnelle.

Parmi les généralistes exerçant en groupe, neuf sur dix disposent d’un secrétariat

Début 2022, la grande majorité des médecins généralistes libéraux (84 %) déclarent disposer d’un secrétariat médical, une part en augmentation depuis 2019. Les médecins plus jeunes sont plus nombreux à avoir un secrétariat : en 2022, 95 % des praticiens de moins de 50 ans indiquent en avoir un, contre 73 % des 60 ans ou plus. Les femmes mentionnent plus souvent en disposer (92 %, contre 78 % pour leurs confrères). Ceux qui exercent en groupe sont plus nombreux à en avoir un (92 %) que ceux qui exercent seuls (64 %).

Les médecins en groupe ont plus souvent un secrétariat physique

La moitié des médecins (51 %) disposent d’un secrétariat physique à leur cabinet en 2022, mais ce chiffre varie selon le mode d’exercice : 65 % de ceux qui exercent en groupe pluriprofessionnel en ont un, contre 24 % des médecins qui exercent seuls. Le recours à un secrétariat téléphonique externalisé est une pratique plus répandue chez les jeunes médecins : il concerne 51 % des praticiens âgés de moins de 50 ans, contre 31 % des 60 ans ou plus. Par ailleurs, plus d’un tiers des médecins proposent une prise de rendez-vous en ligne, le plus souvent en complément d’autres canaux de secrétariat. Cette solution est plébiscitée chez les médecins les plus jeunes (48 % des médecins âgés de moins de 50 ans, contre 26 % des médecins de 60 ans ou plus) et parmi ceux qui exercent en groupe pluriprofessionnel (47 %).

Descripteur MESH : Médecins , Médecins généralistes , Médecine , Médecine générale , Santé , Femmes , Physique , Professions

Pratique médicale: Les +