nuance

Génération de neurones à partir de cellules souches de la moelle osseuse d’adulte

Des chercheurs américains ont annoncé hier à l’occasion de l’Annual meeting of the Society for Neuroscience qu’ils auraient réussi à faire différencier des cellules souches de la moelle osseuse d’adultes en cellules neuronales. Le but avoué de ces recherches serait, selon le professeur Lacovitti, de remplacer les neurones perdus des patients atteints de la maladie de Parkinson.

Les cellules souches de la moelle osseuse d’adulte sont des cellules pluripotentes, c’est à dire capable de se différencier en certains types cellulaires, comme les cellules osseuses, cartilagineuses ou encore les adipocytes.

Des études sur la souris ont déjà montré que quelques unes de ces cellules, soumises à certains facteurs de croissance et d’autres agents, pouvaient acquérir en culture des propriétés de cellules nerveuses.

En testant sur des cellules souches d’adultes différents cocktails de facteurs de croissance et de nutriments, l’équipe de Lorraine Lacovitti aurait réussi à faire différencier 100% des cellules souches en cellules neuronales en l’espace d’une heure.

«Non seulement les cellules souches se sont différenciées rapidement en cellules ressemblant à des neurones», a-t-elle annoncé, «mais elles ont également exprimé des protéines spécifiques aux neurones», a-t-elle ajouté.

«Nous avons caractérisé des neurones à sérotonine et à enzyme GABA. Nous voulons maintenant les convertir en neurones dopaminergiques, que nous n’avons pas encore obtenus», a déclaré la chercheuse.

«L’immense avantage d’utiliser les cellules souches d’adultes est que ceux-ci constituent leur propre donneur, ce qui implique que l’on peut faire des autogreffes sans rejet. Ceci évitera l’utilisation de cellules souches embryonnaires», a-t-elle conclu.

Toutefois, Lacovitti tient à préciser que pour le moment elle n’arrive pas à garder différenciés les neurones obtenus pendant plus de deux ou trois jours. Elle et son équipe recherchent actuellement si ce sont des facteurs du milieu de culture de ces cellules qui pourraient être la cause de cette réversion vers l’état indifférencié.

Si cela s'avère être le cas, les chercheurs pensent pouvoir contourner le problème en changeant le milieu nourricier des cellules.

Source : Thomas Jefferson University 11 novembre 2001.

Descripteur MESH : Cellules , Cellules souches , Neurones , Moelle osseuse , Maladie de Parkinson , Maladie , Patients , Croissance , Adipocytes , Neurones dopaminergiques , Protéines , Sérotonine

nuance

Recherche scientifique: Les +

Un nouveau rapport de l'IFPA révèle le lien entre la maladie psoriasique et la santé mentale

Une IA pour détecter précocement les maladies pancréatiques lors des écho-endoscopies

La DNDi et BenevolentAI collaborent pour accélérer la recherche de médicaments vitaux contre la dengue

La FDA a accordé la désignation de procédure accélérée au CMG901 pour le traitement du cancer gastrique ou du cancer de jonction gastro-œsophagienne non résécable ou métastatique qui ont rechuté et/ou qui sont réfractaires aux thérapies approuvées

ASICS - STATE OF MIND INDEX : UNE ÉTUDE MONDIALE SOULIGNE L'IMPACT POSITIF DU SPORT SUR LA SANTÉ MENTALE

La Food and Drug Administration des États-Unis a octroyé la désignation de médicament orphelin au CMG901 pour le traitement du cancer gastrique et de l'adénocarcinome de jonction gastro-œsophagienne

Jubilant Therapeutics Inc. annonce que des inhibiteurs isoformes sélectifs de la PAD4 présentent une sélectivité et une puissance in vitro, une biodisponibilité orale et une activité antitumorale in vivo élevées

Personalis publie de nouvelles données prouvant la capacité d’un algorithme hautement sensible à détecter la perte d’hétérozygotie du gène HLA

La Patient Safety Movement Foundation annonce les dates et la liste des intervenants du 8e Sommet mondial annuel sur la sécurité des patients, la science et la technologie

Traitement de l'APDS : Pharming présente des données positives de l'essai de phase II/III sur le leniolisib