nuance

HSV-2, un facteur de risque pour l'infection par le VIH

Une méta-analyse publiée dans le Journal of Infectious Diseases du 1° janvier 2002 revient sur la contribution du HSV-2 dans le risque d'infection par le VIH. D'après les résultats, l'infection par HSV-2 multiplierait par deux le risque d'infection par le VIH. Dans des populations où HSV-2 est très répandu, presque la moitié des cas d'infection par le VIH serait ainsi attribuable à l'herpes simplex virus de type 2 selon les auteurs.

La contribution des maladies sexuellement transmissibles au risque d'infection par le VIH est un phénomène bien décrit. Toutefois, une revue de la littérature effectuée par Anna Wald et Katherine Link (Université du Washington) rappelle l'importance du virus responsable de l'herpès génital.

En reprenant 31 études réalisées sur ce sujet, ces auteurs montrent que le risque d'infection par le VIH est le plus élevé chez les personnes porteuses d'anticorps anti-HSV-2 mais qui ne présentent pas forcément de signes cliniques.

"C'est important car la plupart des personnes infectées par HSV-2 ne savent pas qu'elles sont infectées et elles ont ainsi un risque plus élevé d'infection par le VIH", a commenté le Dr Anna Wald dans un communiqué émis par son université. "Cela pourrait expliquer pourquoi le VIH s'est répandu plus rapidement dans certains groupes", a-t-elle ajouté. Aux Etats-Unis, le HSV-2 serait présent chez 22 % des plus de 12 ans et la majorité ne le savent pas en raison de leur état asymptomatique ou de la non-reconnaissance des symptômes.

Les Dr Wald et Link ont notamment analysé les données de neuf études de cohortes ou de cas/contrôles pour lesquelles le statut HSV-2 était connu avant l'infection par le VIH. D'après leur article, le risque d'acquisition du VIH est multiplié par 2,1 en cas d'infection par HSV-2.

Par ailleurs, 19 % des cas d'infection par le VIH seraient attribuables au HSV-2 lorsque sa prévalence est de 22 % dans la population. Dans les groupes où la prévalence du HSV-2 est de 80 % (dans certaines régions en Afrique par exemple), 47 % des cas de VIH seraient imputables au HSV-2.

Les auteurs soulignent dans leur discussion que la lutte contre les MST virales (et pas seulement bactériennes) et notamment HSV-2 doit être améliorée si l'on veut mieux contrôler la pandémie de VIH. "Le contrôle de l'infection par HSV-2 doit très clairement faire partie de l'arsenal utilisé pour essayer de contrôler l'infection par le VIH", a observé Wald.

Source : J Infect Dis 2002;185:45-52. University of Washington.

Descripteur MESH : Infection , VIH Virus de l'Immunodéficience Humaine , Risque , Gynécologie , Virus , Washington , Prévalence , Personnes , Maladies sexuellement transmissibles , Revue de la littérature , Population , Afrique , Lutte , Littérature , Herpès génital , Herpès , Anticorps

nuance

Recherche scientifique: Les +