nuance

SARM : un problème croissant et généralisé

Les Staphylococcus aureus résistants à la méticilline (SARM) doivent être l’affaire de tous et non pas seulement des épidémiologistes hospitaliers et de quelques leaders d’opinion, rappellent des experts dans la revue The Lancet Infectious Diseases.

Les co-auteurs de cet article, Stephan Harbarth et Didier Pittet de l’université de Genève, expliquent que malgré les recherches menées sur ce sujet, les meilleures approches de prévention et de contrôle sont encore mal cernées. Cependant, des pays comme la Finlande, le Danemark ou les Pays-Bas obtiennent de bons résultats dans ce domaine, grâce notamment à des procédures strictes de dépistage des patients et des équipes soignantes, de préventions des contacts à risque et d’une utilisation judicieuse des antibiotiques. Une des incidence les plus faibles des SARM en Europe est actuellement retrouvée au Pays-Bas, pays qui a mis en place une stratégie bien définie pour « rechercher, isoler et détruire » ces cas.

Au contraire, la situation apparaît beaucoup plus critique au Japon qui, selon l’analyse de Harbath et Pittet, « a plus ou moins ignoré ce problème de santé publique pendant longtemps, ce qui a conduit au plus fort taux de SARM dans le monde ».

Les auteurs notent aussi l’émergence de cas de SARM acquis hors domaine hospitalier, dans la communauté, et dans de nombreux pays. L’est de l’Australie est particulièrement concerné par ce problème. Une attention particulière doit être portée au SARM avant que la situation ne devienne comparable à celle du syndrome respiratoire aigu sévère ou de la vache folle, mettent en garde Harbath et Pittet.

Source : Lancet Infect Dis 2005;5: 653–63

Caducée.net ©Tous droits réservés. Enregistrement, reproduction et copie interdits.

Descripteur MESH : Santé , Bactériologie , Épidémiologie , Méticilline , Attention , Danemark , Europe , Finlande , Incidence , Japon , Patients , Reproduction , Risque , Santé publique , Syndrome , Syndrome respiratoire aigu sévère

nuance

Recherche scientifique: Les +