nuance

Un lien entre les boissons gazeuses et le risque de fracture chez les adolescentes

Selon une étude publiée dans un des journaux de l'American Medical Association, les boissons gazeuses sont associées à un risque plus élevé de fracture chez les adolescentes américaines. Ce résultat n'indique pas pour autant l'existence d'une relation de cause à effet. Deux hypothèses pourraient expliquer cette tendance : la concentration élevée en phosphore dans ces boissons et la diminution de la consommation de calcium chez les adolescents. Par ailleurs, cette étude évoque le problème plus général de la prévention de l'ostéoporose et du rôle essentiel des régimes alimentaires à l'adolescence.

Le Dr G. Wyshak (Harvard Medical School, Boston) a mené une étude rétrospective auprès de 460 adolescentes (15 ans et 8 mois en moyenne) interrogées sur leurs activités physiques, leur consommation de boisson et leurs antécédents de fractures. Ce travail a été publié dans le numéro d'Archives of Pediatrics and Adolescent Medicine du mois de juin.

Environ 56 % ne pratiquaient pas d'activité physique, près de 80 % consommaient régulièrement des boissons gazeuses et 20 % d'entre elles avaient eu au moins une fracture.

Les résultats présentés dans cette publication montrent les adolescentes qui consomment ces boissons gazeuses ont un risque de fracture multiplié par 3 (odds ratio = 3,14; IC 95 % = 1,45-6,78).

"Chez les filles qui pratiquent une activité physique, les "colas" sont étroitement associés aux fractures (odds ratio = 4,94; IC 95 % = 1,79-13,62)", souligne le Dr Wyshak.

Cette tendance avait déjà été montrée et cet article s'ajoute à des nombreuses publications faisant état d'une association entre les boissons gazeuses et le risque de fracture.

Selon le Dr Wyshak, une concentration en phosphore élevée dans ces boissons pourrait expliquer cette association. Dans un éditorial du même journal, le Dr N. Golden (Albert Einstein College of Medicine, New York) rappelle que des doses élevées de phosphore peuvent entraîner une hyperparathyroïdie secondaire et donc une perte de masse osseuse.

Une autre possibilité est une consommation réduite de produits laitiers, en particulier du lait, chez les adolescentes dont la consommation de boissons gazeuses est élevée.

A ce sujet, le Dr Golden précise que la consommation de lait a nettement diminué alors que celle des boissons gazeuses n'a cessé d'augmenter. "Ce qui est clair est que les adolescents d'aujourd'hui ont des régimes alimentaires riches en phosphore et pauvres en calcium, et que cette combinaison peut avoir un impact négatif sur l'acquisition du pic de masse osseuse".

Il note enfin que le travail présenté par le Dr Wyshak a des implications directes sur la santé et le suivi des régimes des adolescents. De plus, sa publication coïncide avec le prochain lancement d'une large campagne de prévention de l'ostéoporose auprès des adolescentes, programme qui sera centré sur la consommation de calcium et la promotion de l'exercice physique.

Source : Arch Pediatr Adolesc Med 2000;154:610-613, 542-543

Descripteur MESH : Boissons , Boissons gazeuses , Risque , Phosphore , Calcium , Ostéoporose , Rôle , Journaux , Physique , Travail , Lait , Association , Hyperparathyroïdie secondaire , Hyperparathyroïdie , New York , Exercice physique , Éditorial , Consommation de boisson , Produits laitiers , Publications , Boston , Santé , Adolescent

nuance

Recherche scientifique: Les +