nuance

De la télémédecine à la pharmacie en ligne, une offre bientôt complète ?

La France est en retard sur ses voisins. Germaniques, romands ou belges pour ne citer qu'eux, de la télémédecine à la pharmacie en ligne, l'offre de santé sur internet est déjà complète. Et ils empiètent déjà sur notre territoire. Le gouvernement se penche enfin sur des solutions, mais verra-t-on une avancée significative avec Xavier Bertrand sur l'achat de médicament par Internet avant les présidentielles de 2012 ?

Le remaniement du gouvernement, les présidentielles de 2012, c'est ce qui risque directement d'impacter les avancées des travaux ministériels dans le domaine de la santé quoiqu'on puisse dire sur la motivation ou la composition des équipes ministérielles. La suite logique de la télémédecine sous Bachelot c'est la pharmacie en ligne avec Bertrand, mais pour quand ?La télémédecine, consultation médicale sur Internet, encadrée par le décret n°2010-1229 du 19 octobre 2010 est une avancée dans le domaine de la e-santé sous l'ère Bachelot. De la téléconsultation à la téléassistance en passant par la télésurveillance et la télé-expertise, l'offre numérique de santé commence à peine à s'organiser. Mais le gouvernement a encore du retard à son actif. De quel retard parle-t-on ? une offre de pharmacie en ligne, qui se base sur l'arrêt DocMorris du 11 décembre 2003, est déjà en place depuis belle lurette chez nos voisins européens.La France restera-t-elle sur le bord de la route, au risque de favoriser l'accès illégal aux médicaments ?Rattraper ce retard c'est non seulement travailler à endiguer le problème de la vente de faux médicaments par internet (aidé en cela par l'opération Pangea III, voir le communiqué de l'AFSSAPS du 14-10-10), mais aussi éviter les achats de médicaments sur des sites belges newpharma.be ou allemands http://www.bodyguardapotheke.com (associés à de véritables pharmacies pour le coup) par des patients français qui se placent alors dans une situation d'importation illégale, ces médicaments n'ayant pas les mêmes autorisation de mise sur le marché (AMM) qu'en France. Rattraper ce retard, c'est aussi compléter intelligemment l'offre e-santé et proposer aux mêmes patients bénéficiaires de la télémédecine, ceux qui ne peuvent avoir raisonnablement accès à un médecin, une solution d'achat légal de médicament à distance et tout l'aspect pratique qu'il engendre.Le débat sur la vente de médicament par Internet a repris naissance lors du discours d'ouverture de Pharmagora 2010, le regroupement parisien annuel des pharmaciens de France, prononcé par Roselyne Bachelot-Narquin le 27 mars 2010. Elle reprend plus tard, le 10 novembre à la 23 ème Journée de l'Ordre: « Les inquiétudes de la profession face à l'avenir sont légitimes, mais il ne faut pas avoir peur de l'avenir, le rôle du pharmacien est et sera incontournable ». Le sujet est évidemment plus large que la simple" vente en ligne de médicament mais traduit bien le besoin de souplesse des pharmacies dans un contexte sévère et qui sont aujourd'hui menacées par des acteurs externes.Jean-Christophe Metz pharmacien et fondateur de pharmidea.fr a testé les services des pharmacies citées plus haut: « Ces pharmacies en ligne permettent déjà aux patients français d'acheter des médicaments sans prescription préalable. Vous achetez vos médicaments depuis votre domicile et vous vous faîtes livrer, sans contrôle des autorités françaises, avec des délais souvent longs et des coûts de transport élevés, mais vous les recevez ! Les AMM, les galéniques, les spécialités ne sont pas les mêmes qu'en France. De plus, les textes sur les emballages et notices ne sont pas rédigés en français dans le cas d'achats sur des sites de pharmacies en Allemagne, pour prendre cet exemple ». De quoi nourrir des inquiétudes légitimes pour les pharmaciens exerçant en France, lesquels devraient avoir les moyens juridiques d'investir ce nouveau mode de distribution pour compléter le service au patient et pour se défendre sur leur propre terrain de jeu.Le pour et le contre des pharmacies en ligne fait l'objet de débat incessants. Morgan Remoleur, fondateur de Remedeo, solution en ligne d'aide à l'automédication, avait déjà posté un billet débattant des arguments pour et contre de l'e-pharmacie le 09 avril 2010 sur jaibobola.fr, le blog de Remedeo.Des idées pour encadrer la vente de médicaments sur Internet.Jean-Christophe Metz (Pharmidea.fr) évoque une piste à explorer : « La solution doit rester simple. Un cadre légal doit être trouvé pour garantir la distribution de médicaments sur Internet. Les clés en seront la rencontre entre le contrôle de la chaîne pharmaceutique, seule garante de la sécurité des patients, et la qualité de présentation, d'ergonomie et de conseils proposés par les sites internet, ainsi que les outils de communication associés.». La présentation d'une telle distribution pharmaceutique ne pourra souffrir de sites de pharmacie de qualité moyenne déjà proposés par certains acteurs de l'informatique à destination des pharmaciens. Au même titre que les acteurs de qualité de la parapharmacie en ligne, les pharmacies en lignes devront maîtriser parfaitement leur outil ainsi que toute la chaîne logistique et de facturation. S'ajoutera à cela une gestion impérative des numéros de lots pour garantir la traçabilité et répercuter les retraits de lots qui interviendront. Enfin, il faudra répondre à toutes les attentes de ces nouveaux types de patients qui communiqueront au travers d'emails, de visioconférences, et d'appels téléphoniques vers ces pharmacies avant-gardistes. D'où l'importance d'établir rapidement les Bonnes Pratiques de Délivrance via l'Internet (BPDI). Malgré le pari d'une avancée rapide sur la question de la pharmacie en ligne, les pharmaciens peuvent-ils encore espérer une telle évolution avant les grands mouvement de 2012 ? C'est tout le challenge du nouveau (ancien, de 2005 à 2007) Ministre de la Santé Xavier Bertrand accompagné de Nora Berra la Secrétaire d'Etat chargée de la Santé et déjà en délicatesse avec l'affaire du Médiator.A Propos de Jean-Christophe Metz, Pharmidea.frJean-Christophe Metz, pharmacien fondateur de http://www.pharmidea.fr/, est spécialiste de la distribution de produits de parapharmacie en ligne. Fort de cette expérience, il nous livre ici son analyse sur la récente évolution de la santé en ligne et les fortes attentes des pharmaciens.SOURCES 1. esante.gouv.fr: http://bit.ly/cfFtvZ2. legigouv télémédecine: http://bit.ly/legigouv3. swissmedic faq phie med web: http://bit.ly/faq-med-web4. swissmedic méd par internet: http://bit.ly/guideCHmed5. afmps belgique phie internet: http://bit.ly/b5IcPH6. béta-test remedeo.fr: http://www.remedeo.fr/accueil7. afssaps vente illégale méd internet: http://bit.ly/cdCulp<br/>

Descripteur MESH : Pharmacie , Télémédecine , Internet , Santé , France , Gouvernement , Solutions , Pharmacies , Pharmaciens , Patients , Risque , Sécurité , Sécurité des patients , Rôle , Motivation , Souplesse , Peur , Mouvement , Allemagne , Mars , Logique , Informatique , Face , Expertise , Discours , Consultation médicale , Communication , Belgique , Automédication

nuance

Informatique médicale: Les +