nuance

Tatouage : signalement d’une encre contaminée

Les autorités de la République Tchèque ont informé les autorités françaises de la contamination d’une encre de tatouage par le champignon Acremonium fungi. Il s’agit de deux lots (n° 7996988 et 7996989) d’encre noire de la marque « STARBRITE COLORS Black Magic» fabriquée aux Etats-Unis par la société Tommy’s Supplies. La découverte de cette contamination mycosique a été faite à l’occasion de l’hospitalisation, en République Tchèque, d’une personne récemment tatouée et présentant un mycétome (tuméfaction infectieuse évoluant de façon chronique avec fistulisation) associé à un syndrome infectieux.

Les champignons de l’espèce Acremonium fungi sont connus pour provoquer de telles lésions qui peuvent exposer à une diffusion dans l’organisme et entraîner des ostéites. La lésion de la peau peut être associée à de la fièvre. Elle est habituellement peu influencée par les médicaments antimycosiques et une exérèse chirurgicale est souvent nécessaire.

Une enquête des services de la Direction Générale de la Consommation, de la Concurrence et de la Répression des Fraudes (DGCCRF) a permis d’identifier chez deux distributeurs français, la présence des lots incriminés. Des prélèvements ont été effectués par la DGCCRF. L’analyse des échantillons est assurée par les laboratoires de l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps). D’ores et déjà, les deux distributeurs ont relayé l’information à l’ensemble de leurs clients en leur demandant de ne plus utiliser les encres de tatouages provenant des deux lots contaminés.

Sans attendre les résultats des prélèvements, une mesure conservatoire de suspension d’importation, de commercialisation et d’utilisation est prise par l’Afssaps. De leur côté, les autorités belges ont retiré de la vente les deux lots incriminés après avoir identifié la bactérie Pseudomonas, qui peut provoquer des infections lorsqu’elle entre en contact avec de petites blessures.

Il est demandé à tous les utilisateurs d’encre de tatouage de ne pas utiliser les flacons d’encre noire correspondant aux n° de lots cités ci-dessus et aux usagers de faire preuve de vigilance avant toute réalisation d’un tatouage. En cas de survenue de signes cliniques sur un tatouage récemment réalisé, il est recommandé de consulter un médecin.

La direction générale de la Santé rappelle que la pratique d’un tatouage comporte des risques sanitaires qu’il s’agisse de la transmission d’agents infectieux, en particulier les virus hépatites B et C, ou d’effets indésirables liés à la nature et l’origine des pigments utilisés et à la qualité microbiologique de leur préparation. C’est pourquoi des dispositions relatives à la fabrication, au conditionnement et à l’importation des produits de tatouages viennent d’être définies par l’article 149 de la loi n° 2004-806 du 9 ao ût 2004 (JO du 11 ao ût 2004), relative à la politique de santé publique.

 

Source

Les autorités de la République Tchèque ont informé les autorités françaises de la contamination d’une encre de tatouage par le champignon Acremonium fungi. Il s’agit de deux lots (n° 7996988 et 7996989) d’encre noire de la marque « STARBRITE COLORS Black Magic» fabriquée aux Etats-Unis par la société Tommy’s Supplies. La découverte de cette contamination mycosique a été faite à l’occasion de l’hospitalisation, en République Tchèque, d’une personne récemment tatouée et présentant un mycétome (tuméfaction infectieuse évoluant de façon chronique avec fistulisation) associé à un syndrome infectieux.

Les champignons de l’espèce Acremonium fungi sont connus pour provoquer de telles lésions qui peuvent exposer à une diffusion dans l’organisme et entraîner des ostéites. La lésion de la peau peut être associée à de la fièvre. Elle est habituellement peu influencée par les médicaments antimycosiques et une exérèse chirurgicale est souvent nécessaire.

Une enquête des services de la Direction Générale de la Consommation, de la Concurrence et de la Répression des Fraudes (DGCCRF) a permis d’identifier chez deux distributeurs français, la présence des lots incriminés. Des prélèvements ont été effectués par la DGCCRF. L’analyse des échantillons est assurée par les laboratoires de l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps). D’ores et déjà, les deux distributeurs ont relayé l’information à l’ensemble de leurs clients en leur demandant de ne plus utiliser les encres de tatouages provenant des deux lots contaminés.

Sans attendre les résultats des prélèvements, une mesure conservatoire de suspension d’importation, de commercialisation et d’utilisation est prise par l’Afssaps. De leur côté, les autorités belges ont retiré de la vente les deux lots incriminés après avoir identifié la bactérie Pseudomonas, qui peut provoquer des infections lorsqu’elle entre en contact avec de petites blessures.

Il est demandé à tous les utilisateurs d’encre de tatouage de ne pas utiliser les flacons d’encre noire correspondant aux n° de lots cités ci-dessus et aux usagers de faire preuve de vigilance avant toute réalisation d’un tatouage. En cas de survenue de signes cliniques sur un tatouage récemment réalisé, il est recommandé de consulter un médecin.

La direction générale de la Santé rappelle que la pratique d’un tatouage comporte des risques sanitaires qu’il s’agisse de la transmission d’agents infectieux, en particulier les virus hépatites B et C, ou d’effets indésirables liés à la nature et l’origine des pigments utilisés et à la qualité microbiologique de leur préparation. C’est pourquoi des dispositions relatives à la fabrication, au conditionnement et à l’importation des produits de tatouages viennent d’être définies par l’article 149 de la loi n° 2004-806 du 9 ao ût 2004 (JO du 11 ao ût 2004), relative à la politique de santé publique.

 

Source

Descripteur MESH : Encre , République tchèque , Tatouage , Syndrome , Mycétome , Acremonium , Santé , Politique , Virus , Sécurité , Santé publique , Politique de santé , Peau , Nature , Laboratoires , Fièvre , Diffusion , Champignons

nuance

Epidémiologie: Les +