nuance

L'iode radiomarqué pourrait être utile dans le diagnostic et le traitement du cancer du sein

Le symporteur Na+ / I- (NIS) est exprimé dans les glandes mammaires durant la lactation et dans plus de 80 % des tumeurs mammaires, mais pas dans les tissus sains, indique une étude parue dans Nature Medicine. L'expression variable du NIS dans les glandes mammaires peut être un marqueur essentiel du cancer du sein et l'utilisation d'iode radiomarqué pourrait être envisagée dans le diagnostic et le traitement du cancer du sein.

Dans la thyroïde, le symporteur NIS assure l'accumulation d'ions iodure I-, un constituant essentiel des hormones thyroïdiennes T3 et T4. Les ions iodure sont également concentrés dans le lait selon un processus destiné à prévenir l'hypothyroïdie périnatale.

Dans le dernier numéro de Nature Medicine, U. Tazebay du laboratoire de N. Carrasco (Albert Einstein College of Medicine, New York) et ses collaborateurs ont montré qu'une forme spécialisée du NIS (mgNIS) était synthétisée dans les glandes mammaires des rates seulement lorsqu'elles étaient en lactation.

De plus, des expériences sur deux modèles différents de cancers du sein chez la souris ont mis en évidence l'expression de mgNIS dans les tumeurs.

Ce profil d'expression différentiel a été envisagé chez la femme. Aucun échantillon provenant de tissu mammaire sain n'exprimait le transporteur mgNIS. Par contre, tous les tissus provenant de seins de femmes en gestation exprimaient le transporteur.

Le plus marquant concerne les tumeurs mammaires : le transporteur mgNIS était exprimé dans 87 % (20/23) des carcinomes invasifs (dont 56 % étaient RE+) et 83 % (5/6) des carcinomes canalaires in situ analysés. Sa présence a été détectée dans 23 % des échantillons non cancéreux situés à proximité de la tumeur.

L'intérêt diagnostique de mgNIS paraît évident puisque ce marqueur serait retrouvé dans plus de 80 % des cas de cancer de sein alors que la prévalence du marqueur Her2/neu est de 33 %.

L'accumulation d'iode radiomarqué pourrait être envisagée dans le traitement des tumeurs mammaires à conditions que mgNIS soit fonctionnel dans les cellules malignes. Les chercheurs ajoutent que dans cette optique, une protection de la thyroïde est nécessaire et réalisable : "l'administration de T3 exogène conduit à une inhibition de la libération de TSH et une régulation négative du NIS thyroïdien".

En conclusion, Tazebay et al. déclarent que leurs résultats suggèrent la mise en place de recherches "afin de déterminer si l'iode radiomarqué peut être une nouvelle option efficace dans le diagnostic et le traitement du cancer du sein".

Un article signé par G. Daniels et D. Haber (Massachussets General Hospital, Boston) discute de la portée et des applications des travaux de Tazebay et al.

Source : Nat Med 2000;6:859-860, 871-878

Descripteur MESH : Iode , Diagnostic , Gynécologie , Tumeurs du sein , Tumeurs , Tissus , Lactation , Ions , Hypothyroïdie , Boston , Hormones thyroïdiennes , Lait , New York , Prévalence , Régulation négative , Hormones , Femmes , Cellules

nuance

Recherche scientifique: Les +