nuance

Cancer : des nanoparticules pour optimiser la radiothérapie

illustrationDepuis 2003, Nanobiotix développe une approche innovante dans le traitement local du cancer. Elle a mis au point une gamme de produits baptisés NanoXray dont le principe repose sur des nanoparticules, qui sous l'action de la radiothérapie, permettent d'optimiser l'absorption des rayons X à l'intérieur des cellules cancéreuses. Les essais cliniques se multiplient et la FDA vient d'en autoriser un nouveau dans le cancer de la Prostate, avec le produit NBTXR3.

Selon l'OMS, on dénombrera en 2020 plus de 15 millions de nouveaux cas de cancer. Plus de la moitié d'entre eux recevront un traitement à base de radiothérapie. Même si la radiothérapie a contribué à améliorer le pronostic vital de nombreux patients, elle présente certaines limites inhérentes à son mode d'administration qui peuvent réduire de façon significative son efficacité. Ainsi certains patients ne reçoivent pas la dose de rayonnement requise pour la destruction tumorale par crainte de trop endommager les tissus sains autour de la tumeur cancéreuse et pour limiter les effets secondaires.

C'est pour dépasser ces limites et permettre l'élimination des tumeurs sans augmenter la dose de rayonnement que Nanobiotix propose de mettre sur le marché les nanoparticules NonoXray. Composé d'oxyde d'Hafnium, d'une taille de 50 nm, ces nanoparticules présentent une densité électronique élevée qui permet de potentialiser les effets de la radiothérapie en amplifiant la dose d'énergie létale dans la tumeur.

3 modes d'administration sont prévus selon la localisation et la typologie des tumeurs visées :
- Par injection directe dans la tumeur pour le cancer primaire du foie, le glioblastome , le cancer rectal, le cancer de la prostate ou encore les cancers tête et cou.
- Par injection intraveineuse pour des tumeurs au stade avancé et qui ont envahi les ganglions régionaux comme des cancers rectaux et de la prostate localement avancées ou encore aux carcinomes pulmonaires.
- Par dépot direct sous forme de gel pendant une opération chirurgicale pour quelques types de cancer du sein, des tumeurs cérébrales et les sarcomes des tissus mous à localisation retropéritonéale.

Plusieurs essais cliniques sont déjà en cours avec le NBTXR3 chez des patients atteints de Sarcome des Tissus Mous, de cancers de la Tête et du Cou, de cancer du Rectum et de cancers du Foie. L'innocuité de l'oxyde d'hafnium et l'amélioration des effets de la radiothérapie devront clairement être évalués afin de statuer sur ce procédé particulièrement innovant et d'autant plus prometteur que la société vient d'annoncer un nouveau programme de recherche en immuno-oncologie basé sur les mêmes nanoparticules.

Fruit d'une recherche initiale issue de l'université de Buffalo dans l'état de New York aux Etats Unis et financée par des sociétés de capital risque européennes, Nanobiotix est aujourd'hui une société française dont le siège social est à Paris.

Descripteur MESH : Radiothérapie , Nanoparticules , Prostate , Essais , Tumeurs de la prostate , Cellules , Rayons X , Absorption , Tumeurs , Tissus , Patients , Hafnium , Foie , Tête , Cou , Rayonnement , Recherche , Sociétés , Sarcomes , Tumeurs du sein , Risque , Rectum , Pronostic , Paris , New York , Glioblastome , Ganglions , État de New York , Électronique

nuance

Recherche scientifique: Les +