nuance

Cancer du Pancréas : de nouveaux espoirs avec la vectorisation thérapeutique

illustrationLa société Seekyo, co-fondée par le Pr Sébastien Papot, chercheur à l’Institut de chimie des milieux et matériaux de l’université de Poitiers, développe des chimiothérapies vectorisées qui permettent de délivrer de façon intelligente des agents anticancéreux au sein même de la tumeur sans affecter les tissus sains environnants. Elle vient d’obtenir des résultats précliniques prometteurs dans le traitement du cancer du pancréas, qui demeure un des cancers au pronostic le plus sombre.

Amener le médicament sous forme inoffensive jusqu’à sa cible

La société Seekyo développe des vecteurs thérapeutiques sélectifs capables de libérer des agents anticancéreux uniquement en présence de la tumeur ou de son environnement proche. Cette prouesse est rendue possible par la mise au point d’une molécule capable :
– de transporter des agents anti cancer dans l’ensemble de l’organisme de façon non toxique,
– d’identifier les cellules malades visées
– et de déclencher la libération du principe actif uniquement sur sa cible grâce à une gâchette enzymatique

Une chimiothérapie intelligente sans effet secondaire

Si ces vecteurs thérapeutiques peuvent être adaptés à de nombreux cancers, la société Seekyo cible en priorité les pathologies pour lesquelles il n’existe pas de traitements efficaces. C’est pourquoi elle s’est intéressée particulièrement à l’adénocarcinome du pancréas dont les progrès thérapeutiques ont été mis en échec depuis 20 ans.

Seekyo a pu tester sa chimiothérapie intelligente sur 8 souris sur lesquelles des modèles de cancers humains avaient été inoculés. 3 souris ont vu leur tumeur régresser totalement et l’état des 5 autres souris a été jugé encourageant.

Le Pr Papot reconnaît que le chemin est encore long pour pouvoir confirmer ses résultats sur l’homme. Une mise sur le marché de cette chimiothérapie intelligente pourrait prendre jusqu’à 8 ans.

 

15 000 nouveaux cas chaque année

Selon la société nationale française de gastro-entérologie, l’adénocarcinome du pancréas représente 90 % des tumeurs du pancréas et devrait être la deuxième cause de mortalité par cancer en Europe en 2030. Entre 1982 et 2012, son incidence en France a été multipliée par 2 chez les hommes et par 3 chez les femmes. Avec un taux de survie à 5 ans, tous stades confondus, de 7 % à 8 %, son pronostic est sombre.

Descripteur MESH : Pancréas , Pronostic , Tissus , Chimie , Cellules , Tumeurs , Tumeurs du pancréas , Incidence , Mortalité , Taux de survie , Environnement , Survie , Hommes , Femmes , Europe , France

nuance

Recherche scientifique: Les +