Déprogrammation : Avenir SPE appelle les ARS à plus de concertation avec les médecins libéraux

illustrationAvenir Spé constate que certaines ARS imposent à nouveau, au travers des plans blancs, des déprogrammations. Pour certaines régions, il apparait que les déprogrammations sont totales sans aucune concertation avec les médecins.

Avenir Spé constate que ces déprogrammations sont souvent maladroites et ne permettent pas de réaffecter les personnels ainsi libérés vers les structures de soin les mieux adaptées à la prise en charge de patients les plus lourds, notamment ceux relevant des soins critiques et de la réanimation.

 

Les retards de prise en charge des autres pathologies s’aggravent entraînant un risque réel de perte de chance pour les patients. Leur gravité s’aggrave proportionnellement à la désorganisation du système amplifiée par l’absentéisme grandissant en raison du COVID frappant les professionnels de santé.

Avenir Spé demande à toutes les ARS de mettre en place des échanges hebdomadaires avec les médecins libéraux en charge de la santé de nos concitoyens, en y associant les établissements de soins, pour que des solutions efficientes soient définies permettant une prise en charge adaptée et rapide des pathologies la nécessitant, même en ces temps de crise. Ainsi, nous pourrons espérer limiter les risques de perte de chance de ces patients et ne pas aggraver la mortalité globale de la population française.

Parallèlement, Avenir Spé exhorte les pouvoirs publics à communiquer clairement et massivement pour ne pas entretenir un climat anxiogène et qu’aucune consultation médicale nécessaire ne soit différée malgré l’ampleur de la crise que nous traversons.

 

Avenir SPE

Descripteur MESH : Médecins , Patients , Soins , Santé , Solutions , Réanimation , Mortalité , Risque , Temps , Climat , Population , Consultation médicale

Pratique médicale: Les +