Svante Pääbo obtient le prix Nobel de médecine 2022

illustrationLe prix Nobel de médecine a été attribué cette année au paléogénéticien suédois Svante Pääbo pour récompenser ses travaux en paléogénomique et notamment le séquençage complet du génome de l’homme de Néanderthal.

Svante Pääbo a mis en évidence qu’environ 2 % des gènes de Néanderthal continuaient aujourd’hui à s’exprimer dans la population humaine, ce qui prouve qu’Homo Sapiens et l’homme de Neandertal ont non seulement cohabité, mais ont eu une descendance fertile.

En surmontant les difficultés posées par la dégradation du matériel génétique au fil du temps, Svante Pääbo a pu lever le voile sur les différences génétiques qui pouvaient exister entre nos plus proches parents hominidés et nous-mêmes.

Pour le jury cette découverte est fondamentale, car elle permet « l’exploration de ce qui fait de nous, humains, des êtres aussi uniques »

« Rendez-vous compte, séquencer le patrimoine génétique complet d’individus qui ne vivaient pas avant-hier ni même la semaine dernière, mais il y a 40 000 ans, donc ça veut dire que Svante Pääbo et son équipe ont ni plus ni moins fait qu’inventer une machine à remonter le temps. Véritablement, donc, la super action est grande quand on voyage dans le temps avec la génétique. » Ludovic Orlando pour FranceInfo

En analysant l’ADN d’un os retrouvé en Sibérie en 2008, Svante Pääbo a également révélé l’existence d’un homininé jusque là inconnu : l’homme de Denisova qui pourrait être le dernier à avoir précédé l’Homo Sapiens.

Âgé de 67 ans et installé en Allemagne Svante Pääbo travaille au prestigieux Institut Max-Planck. Il est lui-même le fils naturel de Sune Bergström qui a lui aussi reçu le prix Nobel de médecine en 1982 pour ses travaux sur les hormones.

Crédit Photo : The Royal Society, CC BY-SA 3.0 , via Wikimedia Commons

Descripteur MESH : Médecine , Prix Nobel , Génome , Temps , Génétique , Hormones , Parents , Gènes , Voyage , Population , Sibérie , Allemagne

Recherche scientifique: Les +