nuance

Le traitement au tamoxifene réduit le risque de cancer du sein controlatéral chez les femmes ayant des mutations sur les gènes BRCA1 ou BRCA2

Les femmes qui sont génétiquement susceptibles au cancer du sein à cause d’une mutation sur le gène BRCA1 ou BRCA2 et qui sont traitées par le tamoxifene ont un risque plus faible de développer un cancer du sein controlatéral. Ce sont les résultats d’une étude internationale parue dans le Lancet.

Les femmes ayant une mutation dans le gène BRCA1 ou BRCA2 ont un risque élevé de développer un cancer du sein controlatéral. Le tamoxifene protège du cancer du sein controlatéral dans la population générale, toutefois cette protection dans le cas d’une mutation sur les gènes BRCA1 ou BRCA2 n’est pas connue.

Dans le cadre d’une étude cas-témoins, les auteurs ont comparé 209 femmes souffrant d’un cancer du sein bilatéral et présentant une mutation du gène BRCA1 ou BRCA2 et 384 femmes atteintes d’un cancer du sein unilatéral et présentant également une mutation du gène BRCA1 ou BRCA2 (groupe témoin). L’âge et « l’âge au moment du diagnostic » (24 ans – 74 ans) étaient à peu près identiques pour les deux groupes.

L’étude montre que l’odds ratio pour le cancer du sein controlatéral associé à l’utilisation de tamoxifène était de 0,50 (IC 95 % = 0,28-0,89).

L’odds ratio pour la protection par le tamoxifene sur le cancer du sein controlatéral par les porteurs de mutations sur le gène BRCA1 est de 0,38 (IC 95 % = 0,19-0,74) tandis que l’odds ratio est de 0,63 (IC 95 % = 0,20-1,50) pour les porteurs de mutations sur le gène BRCA2.

Pour les femmes qui ont pris du tamoxifene pendant 2 à 4 ans, le risque de cancer du sein controlatéral était réduit de 75 %.

Une réduction du risque de cancer du sein controlatéral est aussi associée à une ovariectomie (odds ratio = 0,42 ; IC 95 % = 0,22-0,83) ou à une chimiothérapie (odds ratio = 0,40 ; IC 95 % = 0,26-0,60).

Les auteurs concluent que « l’utilisation de tamoxifene réduit le risque de cancer du sein controlatéral chez les femmes présentant des mutations sur le gène BRCA1 ou BRCA2. L’effet protecteur du tamoxifene semble indépendant de celui de l’ovariectomie ».

Selon les auteurs, l’effet du tamoxifene sur la réduction de la mortalité due à un cancer n’est pas encore établi et les données ne permettent pas de déterminer si le tamoxifène ralentit la croissance de tumeurs existantes ou réduit le développement de nouvelles tumeurs.

Source : Lancet 2000 ; 356 : 1876-1881

Descripteur MESH : Tumeurs du sein , Femmes , Risque , Gènes , Gène BRCA1 , Mutation , Tamoxifène , Tumeurs , Croissance , Diagnostic , Gène BRCA2 , Mortalité , Ovariectomie , Population

nuance

Recherche scientifique: Les +