nuance

Les intoxications sont toujours fréquentes chez les jeunes américains

Les empoisonnements par ingestion de médicaments sont toujours une cause importante d'hospitalisation pour les enfants et adolescents américains. Si l'ingestion de produits toxiques domestiques prédomine chez les moins de 12 ans, la prise toxique de médicaments concerne surtout les adolescents. Chez les adolescents, ces accidents répondent surtout à des tentatives de suicide et soulignent le besoin de programmes de prévention.

Ce travail a été mené par le Dr France Gauvin de l'Ecole de Médecine de l'Université du Washington. Publiée dans la revue Archives of Pediatrics and Adolescent Medicine, cette étude a examiné les dossiers hospitaliers de l'Etat du Washington pour les années 1987 à 1997. L'objectif était de quantifier et mesurer les variations du nombre d'hospitalisations pour empoisonnement chez les moins de 19 ans.

Sur cette période de 11 ans, 7.322 cas ont été recensés. On note un déclin de 56 admissions pour 100.000 enfants en 1987-1989 à 40 admissions pour 100.000 enfants pour 1994-1997.

Les auteurs ont observé une certaine constance au cours du temps dans les produits à l'origine de l'intoxication.

Par exemple, les produits pharmaceutiques représentaient environ 80 % des cas avec par exemple 34 % pour les analgésiques, 12 % pour les antidépresseurs et 8 % pour les psychotropes.

Outre les médicaments, les produits non pharmaceutiques (alcool, drogues, détergents, fumées et émanations toxiques, etc.) étaient en cause dans 22 % des cas. Ce type d'empoisonnement concernait surtout les moins de 12 ans.

Il est important de noter que 65 % des patients étaient de sexe féminin. De plus, 75 % des cas touchaient des adolescents pour lesquels les médicaments étaient le plus souvent à l'origine de l'hospitalisation. S'ajoute à cela le fait que l'empoisonnement était volontaire dans 47 % des cas. Ces cas, associés à une tentative de suicide, étaient généralement les plus graves. La mortalité était faible avec 0,2 % des admissions.

Dans leur commentaire, les auteurs rappellent que la prévention de ces intoxications est possible et incombe aux parents, surtout pour les cas qui touchent les jeunes enfants.

D'un autre coté, les adolescentes continuent à être le groupe pour lequel le risque de tentative de suicide est le plus élevé par ingestion de médicament. Sur les huit dernières années de leur étude, les auteurs n'ont pas noté de tendance à la baisse. Bien qu'essentielle, la prévention du suicide chez les adolescents est indispensable "mais difficile à réaliser", commentent Gauvin et al., tout en ajoutant qu'elle doit rassembler les enseignants, les parents et les médecins.

Source : Arch Pediatr Adolesc Med 2001;155:1105-10.

Descripteur MESH : Suicide , Toxiques , Hospitalisation , Programmes , Accidents , Washington , Tentative de suicide , Parents , Mortalité , Travail , Temps , Sexe , Risque , Patients , Médecins , Médecine , Intoxication , France , Détergents , Commentaire , Antidépresseurs , Analgésiques , Adolescent

nuance

Recherche scientifique: Les +