nuance

Guerre du golfe: celle qui a laissé le plus de séquelles parmi les vétérans américains

Une étude paraissant dans le journal américain de la santé publique, semble montrer que les symptômes ressentis par les vétérans américains de la guerre du golfe persique de 1991 et communément englobés dans ce qu’on appelle le syndrome de la guerre du golfe, ont touché près de 16% des militaires américains ayant pris part au conflit. Cette proportion, selon les auteurs, est deux à trois fois supérieure à celle observée dans les autres guerres menées par les américains.

En 1997, Robert Haley (Dallas, EU) a décrit une définition du syndrome de la guerre du golfe basée sur trois symptômes qui ont été reliés fortement à l’exposition aux agents chimiques touchant le système nerveux et à la susceptibilité génétique vis à vis de ceux-ci.

Le docteur Haley en a tiré une échelle des symptômes portant son nom et s’en est servi pour comparer 22 vétérans de la guerre du golfe avec 16 vétérans apparemment sains.

Les vétérans de la guerre du golfe ont eu des résultats généralement plus mauvais que ceux de groupe contrôle, avec des symptômes les empêchant de travailler, comme l’insuffisance cardiaque, l’infarctus du myocarde, le diabète de type 2, la dépression ainsi que des maladies pulmonaires chroniques d’obstruction.

Les auteurs pensent que leurs résultats démontrent un état fonctionnel général des vétérans de la guerre du golfe sévèrement altéré, en particulier concernant leurs fonctions cérébrales.

Source : Am J Public Health 2002;92:46-7.

Descripteur MESH : Guerre , Guerre du Golfe , Syndrome , Syndrome de la guerre du Golfe , Santé , Santé publique , Dépression , Diabète , Diabète de type 2 , Génétique , Maladies pulmonaires , Myocarde , Système nerveux

Recherche scientifique: Les +