nuance

Un anti-oxydant de synthèse prévient la survenue du diabète auto-immun chez la souris

Des chercheurs du Colorado aux Etats Unis ont utilisé un anti-oxydant synthétique basé sur la superoxyde dismutase (SOD), qui permet de stopper l’apparition d’un diabète de type 1 auto-immun induit chez la souris. La molécule, nommée AEOL-10113, protège non seulement les cellules pancréatiques de type B des radicaux libres générés dans le diabète, mais également bloque l’attaque dirigée par les lymphocytes T contre elles.

John Piganelli et al ont utilisé la molécule AEOL-10113 développée depuis plusieurs années par James Crapo (Denver, Colorado) qui mime l’activité catalytique de la SOD avec un spectre plus large et une demi-vie plus importante que la SOD naturelle.

Les chercheurs ont injecté AEOL-10113 dans 10 souris un jour avant de leur greffer des lymphocytes T diabètogènes. Après la greffe, les souris ont reçu à quatre reprises de nouvelles doses de l’anti-oxydant jusqu’au jour 9.

Les souris contrôle sont devenues diabétiques au jour 13 tandis que les souris greffées n’ont pas présenté de signes de la maladie jusqu’au jour 21, la moitié d’entre elles étant même restée indemne après 4 semaines.

Les chercheurs pensent que ces résultats montrent que l’anti-oxydant utilisé a contré les effets des cellules T auto-immunes. Ils estiment que cette molécule non seulement peut être utilisée en association dans le traitement du diabète mais également avec d’autres maladies auto-immunes.

Bien que les chercheurs aient conscience du chemin à parcourir pour utiliser cette molécule à l’homme, ils estiment avoir ouvert la voie à de nouvelles recherches.

Source : Diabetes 2002;51:347-55.

Descripteur MESH : Diabète , Cellules , Colorado , Lymphocytes , Lymphocytes T , Diabète de type 1 , Radicaux libres , Association , Conscience , Maladie , Vie

nuance

Recherche scientifique: Les +