nuance

Des tests simples pour détecter la phase préclinique de la maladie d'Alzheimer

Des tests neuropsychologiques simples peuvent être utilisés pour identifier les personnes qui se trouvent dans une phase préclinique de la maladie d'Alzheimer. Des chercheurs viennent de montrer que la combinaison de deux tests permet de révéler des différences indicatives du risque de présenter une forme clinique d'Alzheimer dans les années qui suivent leur réalisation.

Ces travaux sont présentés par Mark Jacobson et des confrères de l'Université de Californie à San Diego. Ils expliquent qu'il est possible de prédire globalement le risque de développer un Alzheimer par l'étude facteur génétique, par exemple la caractérisation de l'allèle epsilon-4 de l'apolipoprotéine. Toutefois, le génotype n'apporte pas à l'heure actuelle de renseignement vraiment pertinent sur le moment où débute le processus pathologique et donc sur le moment le plus favorable pour initier un traitement.

Ces scientifiques ont montré que deux tests simples permettaient d'identifier les personnes en phase préclinique. Le premier test verbal consistait à nommer des mots représentés en image. Le deuxième faisait appel aux capacités visuo-spatiales. Les auteurs expliquent que ces deux tests font appel à des régions cérébrales particulièrement touchées dés les premières phases de la maladie.

Les deux tests ont été conduits sur deux groupes de 20 personnes. Le premier était composé de personnes qui devaient recevoir un diagnostic de maladie d'Alzheimer généralement un an après le test tandis que le deuxième ne développait pas d'Alzheimer.

Les résultats ont été analysés sous forme de scores standardisés par rapport à une groupe de référence plus nombreux. Le Dr Jacobson et ses confrères ont calculé pour chacun des deux groupes la différence entre le score du test 1 et celui du test 2. Ils ont ainsi montré que cette différence était plus marquée chez les personnes qui allaient développer un Alzheimer dans les années suivantes.

Selon Jacobson, ces tests réalisables avec un simple papier et un crayon pourraient être particulièrement utiles chez des personnes prédisposées (profil génétique, cas familiaux). L'essentiel ne serait pas de mesurer les aptitudes brutes mais plutôt les différences entre deux types de tests et l'évolution de cette différence au cours du temps. Les auteurs parlent à ce sujet de profils cognitifs asymétriques.

"Nos analyses montrent que bien que la maladie d'Alzheimer soit typiquement marquée par un déclin cognitif global, certains individus en phase préclinique peuvent montrer un changement subtil dans une zone de cognition avant le déclin global", explique Jacobson. 'En résultat, en plus de s'intéresser aux déficits cognitifs, nous devrions aussi chercher des différences importantes entre un domaine cognitif particulier et un autre – particulièrement si ces différences représentent un changement par rapport à des profils de fonctionnement antérieurs".

Source : Neuropsychology 2002; 16(2):132-9

SR

Descripteur MESH : Maladie , Maladie d'Alzheimer , Personnes , Risque , Tests neuropsychologiques , Génétique , Californie , Cognition , Diagnostic , Génotype , Papier , Temps

nuance

Recherche scientifique: Les +