nuance

Cellules souches embryonnaires: les 2 académies se prononcent conjointement

L’académie des sciences et l’académie nationale de médecine ont présenté à la presse ce matin leurs recommandations relatives à l’utilisation des cellules souches embryonnaires (CSE). Faisant suite au colloque inter-académique du mois de mars sur le sujet (voir dépêches caducée du 25/03/02 et du 27/03/02), ces deux instances consultatives ont réaffirmé leur volonté d’autoriser la recherche sur l’embryon et également sur le transfert somatique (clonage thérapeutique), dans un cadre juridique strict, tout en insistant sur leur opposition à toute sorte de clonage reproductif humain.

Dans un contexte politique et scientifique extrêmement sensible (révisions des lois de bio-éthique en cours, recherche internationale qui progresse rapidement), le sujet des CSE se trouve au centre de la médecine régénératrice de demain et interpelle scientifiques et médecins.

C’est pourquoi des groupes de travail des deux académies se sont concertés pour partager leurs sentiments et surtout converger vers des positions communes vis à vis de l’utilisation et de l’encadrement des CSE dans les applications médicales.

Ce travail en commun a abouti à l’élaboration de 2 communiqués des 2 académies, complémentaires et consensuels avec des spécificités relatives aux missions respectives des deux instances conseillères des plus hautes autorités de l’état.

Les académies sont d’accord pour autoriser la recherche sur les CSE et interdire le clonage reproductif. L’académie des sciences «souligne l’importance des nouvelles recherches sur le transfert intraovocytaire», l’académie de médecine quant à elle «n’exprime pas d’opposition de principe au transfert d’un noyau somatique dans un ovocyte», les deux académies s’opposant catégoriquement au clonage reproductif à visée de procréation.

Si de nombreux problèmes d’ordre éthique restent encore en suspens (notamment la question centrale du statut de l’embryon), les académiciens sont dans leur plus grande majorité favorables à la recherche sur les CSE (qu’elles proviennent d’ailleurs d’embryons, d’adultes ou d’un transfert nucléaire) et comme l’a souligné Maurice Tubiana, président de l’académie nationale de médecine :

«Beaucoup de briques sont encore à ajouter pour construire le mur haut et large de la compréhension et de la maîtrise des cellules souches…le temps nécessaire se chiffrera en décennies, avant d’avoir le recul nécessaire…seule l’expérimentation permettra de délimiter les potentiels des cellules souches».

Source: Académie Nationale de Médecine 21 juin 2002, Paris

PI

Descripteur MESH : Médecine , Recherche , Transfert , Cellules , Cellules souches , Cellules souches embryonnaires , Mars , Thérapeutique , Éthique , Travail , Compréhension , Maurice , Médecins , Politique , Temps

nuance

Recherche scientifique: Les +