nuance

Antivax : les réseaux sociaux sifflent la fin de la récré

illustrationFacebook a annoncé jeudi vouloir réduire la portée des messages diffusés sur son réseau qui contiennent de fausses informations sur les vaccins. L’entreprise américaine emboîte ainsi le pas de Pinterest et YouTube qui se sont mobilisés pour endiguer la multiplication des fakes news sur le sujet.

Par voie de communiqué, Monika Bickert, responsable de la « Global Policy Management » de Facebook a annoncé la volonté du géant américain de lutter contre la diffusion de fausses informations concernant les vaccins.

« Nous nous efforçons de combattre les fausses informations portant sur les vaccins diffusées sur Facebook, en réduisant la propagation (des messages) et en fournissant aux gens de l’information qui fait autorité sur le sujet ».

Concrètement les groupes qui font la promotion de fakes news anti-vaccin ne seront plus intégrés dans les recommandations de groupe suggérées aux utilisateurs lorsqu’ils frappent un mot clé dans le moteur de recherche. Par ailleurs, toutes les publicités contre les vaccins seront désormais systématiquement refusées.

Parallèlement à ce qu’il faut bien appeler une censure, Facebook réfléchit à la meilleure manière de faire remonter dans les fils d’actualités, les publications émanent d’experts ou d’autorités sanitaires incontestés sur le sujet des vaccins.

En février PINTEREST avait décidé de supprimer temporairement tout le contenu lié aux vaccins sur son site en attendant de trouver des solutions des filtrage adaptées.

De son côté YouTube a pris une option différente : supprimer les publicités des vidéos relatives aux vaccins afin de tarir les sources des revenus des antivax.

Cette mobilisation des réseaux sociaux est la conséquence de la multiplication des accusations de négligence dont ils font l’objet et fait suite à la publication de chiffres inquiétants sur la couverture vaccinale des nourrissons américains. En effet, la part des enfants américains atteignant l’âge de 2 ans sans aucun vaccin est passée de 0,9 % à 1,3 % entre 2011 et 2015. Le nombre de demandes d’exemptions vaccinales a par ailleurs augmenté pour la 3e année d’affilée.

Autant de chiffres inquiétants qui sont à rapprocher de la recrudescence mondiale des cas de rougeole, qui pourrait être facilement endiguée avec une couverture vaccinale de 95 %. Plus que jamais et au delà de tous les baillons numériques, c'est l'éducation thérapeutique du patient et la promotion de la vaccination comme succès majeur de la médecine moderne qui devrait être privilégiée. Les professionnels de santé ont là tout leur rôle à jouer.

Quelques liens pour vos patients : 

http://www.cres-paca.org/a/300/des-outils-de-promotion-de-la-vaccination-/
http://inpes.santepubliquefrance.fr/10000/themes/vaccination/index.asp

 

 

Descripteur MESH : Vaccins , Réseau , Vaccination , Rougeole , Solutions , Thérapeutique , Rôle , Diffusion , Recherche , Médecine , Éducation , Publications , Moteur de recherche , Patients , Santé

nuance

Actualités professionnelles: Les +