nuance

Bronchiolite aiguë du nourrisson : la HAS publie de nouvelles recommandations

illustrationLa Haute Autorité de Santé vient d’actualiser ses recommandations sur la prise en charge du premier épisode de bronchiolite aiguë chez le nourrisson de moins de 12 mois. Elle y définit 3 stades de gravité assortis de modalités de prise en charge graduées. Elle recommande avant tout un lavage de nez régulier et la surveillance des signes d’aggravation de l’état du nourrisson. Elle ne recommande ni les traitements médicamenteux ni la kinésithérapie respiratoire faute de preuve de leur efficacité.

Le premier épisode de bronchiolite aiguë est défini comme le premier épisode aigu de gêne respiratoire (séquence rhinite suivie de signes respiratoires : toux, sibilants et/ou crépitants, accompagnés ou non d’une polypnée et/ou de signes de lutte respiratoire), intervenant à toute période de l’année.

Ces recommandations ne concernent pas les enfants de plus de 12 mois et les épisodes récurrents de gêne respiratoire sifflante.

De nouveaux outils pour l’évaluation et l’orientation

Dans ses recommandations, la HAS a conçu de nouveaux outils à l’attention des médecins afin de leur permettre de procéder à une évaluation rigoureuse basée sur l’état général du nourrisson, des critères de gravités cliniques (fréquences respiratoire et cardiaque ou troubles de l’alimentation par exemple) et des critères vulnérabilité (âge, prématurité, tabagisme passif). Le médecin peut alors établir la gravité de la bronchiolite selon 3 niveaux (légère, modérée ou grave)

Des modalités de prise en charge graduée.

Les formes légères excluent toute hospitalisation et il revient au médecin d’expliquer la technique du lavage de nez aux parents tout en leur prodiguant des conseils pour surveiller l’évolution de l’état de santé de leur enfant, identifier les signes d’aggravation et réagir de façon appropriée.

Une nouvelle évaluation peut être programmée dans un délai de 24 à 72 heures afin de ne pas perdre de vue le nourrisson dans cette phase critique. Le médecin de premier recours peut s’appuyer sur une prise en charge pluridisciplinaire et notamment sur les réseaux bronchiolites.

Les formes modérées, elles, font l’objet d’une évaluation pouvant orienter les nourrissons vers une prise en charge en ville ou, au cas par cas, à l’hôpital.

Les formes modérées suivantes devront être prises en charge dans une unité d’hospitalisation conventionnelle ou unité d’hospitalisation de courte durée :
–  celles qui relèvent d’une oxygénothérapie et/ou qui requièrent un support nutritionnel
–   celles qui sont associées à un des critères de vulnérabilité suivants : âge < 2 mois en tenant compte de l’âge corrigé (risque d’apnées), cardiopathie congénitale avec shunt, pathologie neuromusculaire, polyhandicap, déficit immunitaire, contexte médico-socio-économique ou de recours aux soins ne permettant pas un retour à domicile)

Les formes graves relèvent d’une hospitalisation systématique

 

Pour la HAS, les traitements médicamenteux ont peu de place dans la prise en charge de la bronchiolite et les techniques de kinésithérapie respiratoire n’ont pas prouvé leur efficacité ou sont pour certaines contre-indiquées.

En effet dans ses recommandations la HAS rappelle que :

- Les bronchodilatateurs, l’adrénaline, le sérum salé hypertonique ou l’antibiothérapie systématique n’ont pas d’indication dans la bronchiolite
- Les traitements symptomatiques médicamenteux ne sont pas recommandés : caféine, fluidifiants bronchiques, médicaments antitussifs, N acétylcystéine, traitements anti-reflux, immunoglobulines, surfactant, autres thérapeutiques.
 - Les techniques de kinésithérapie respiratoire traditionnelles comme le clapping ou la vibration sont désormais contre-indiquées en raison de leur inefficacité et surtout de leur potentielle dangerosité
- La nébulisation de sérum salé hypertonique, la désobstruction des voies aériennes supérieures, et la kinésithérapie respiratoire de désencombrement bronchique ne sont pas recommandées. 
 

« L’augmentation du flux expiratoire (AFE), n’est pas efficace dans la prise en charge des nourrissons hospitalisés pour une bronchiolite aiguë. N’ayant pas fait la preuve de son efficacité pour les formes de bronchiolites traitées en ambulatoire non plus, elle n’est donc pas recommandée, mais la HAS et le CNPP soulignent la nécessité de poursuivre la recherche et de mener des études permettant de mesurer l’impact de cette technique, en particulier sur le recours aux hospitalisations. » HAS


Bronchiolite du nourrisson : les recommandations de la HAS font débat

 

Voir les recommandations au format PDF

Voir le texte de l'argumentaire 

Descripteur MESH : Nourrisson , Bronchiolite , Nez , Santé , Sérum , Parents , Rhinite , Médecins , Toux , Enfant , Lutte , Soins , Recherche , Vibration , Acétylcystéine , Tabagisme , Risque , Oxygénothérapie , Hospitalisation , Antitussifs , Bronchodilatateurs , Immunoglobulines , Caféine

nuance

Pratique médicale: Les +