nuance

Covid-19 : la HAS favorable à la prescription et l’administration des vaccins par les pharmaciens

illustrationLa Haute Autorité de Santé (HAS) s’est prononcée en faveur d’une extension de l’administration des vaccins contre la Covid-19 aux pharmaciens, aux infirmiers et aux Sages-femmes non seulement pour le vaccin d’AstraZeneca, mais également pour les vaccins à ARNm de Pfizer et Moderna. La HAS propose également que les pharmaciens et les sages-femmes puissent prescrire les vaccins. Le gouvernement n’a pas encore donné de suites à cet avis de la HAS.

Pour la HAS, il s’agit avant tout d’accélérer la campagne de vaccination qui se déroule dans les cabinets de ville des médecins « en diversifiant les vaccinateurs et en étant au plus près de la population à vacciner ».

La HAS recommande que l’administration des vaccins à ARNm ou à vecteur viral puisse être réalisée par les infirmiers, les sages-femmes, et par les pharmaciens (formés et ayant déclaré cette activité), chez les personnes éligibles à une telle vaccination en application des recommandations vaccinales préalablement publiées par la HAS.

Aussi, elle recommande que la prescription puisse être faite, par les pharmaciens, sauf chez les femmes enceintes, et les personnes présentant un trouble de l’hémostase ou par les sages-femmes chez la femme, en particulier la femme enceinte, et dans l’entourage de celle-ci et de son enfant.

 « la vaccination par les pharmaciens va pouvoir fluidifier et accélérer le processus de vaccination » estime Dominique Le Guludec, la présidente de la HAS.

Néanmoins, compte tenu « d’une disponibilité encore limitée des vaccins », la HAS recommande à ce stade la prescription par les médecins afin de continuer à prioriser la vaccination des personnes les plus à risque de formes sévères.

Descripteur MESH : Vaccins , Pharmaciens , Femmes , Infirmiers , Gouvernement , Santé , Vaccination , Personnes , Médecins , Risque , Enfant , Femmes enceintes , Population , Dominique

Actualités professionnelles: Les +