nuance

Un nouveau rapport de l'IFPA révèle le lien entre la maladie psoriasique et la santé mentale

illustrationSTOCKHOLM, 29 avril 2022 /PRNewswire/ -- La maladie psoriasique est une maladie inflammatoire qui affecte la peau et les articulations. Les plaques de peau qui démangent et s'écaillent sont probablement le symptôme le plus courant. Mais la maladie psoriasique est bien plus profonde. Pour la plupart des gens, l'un des défis les plus difficiles à relever pour vivre avec cette maladie est son lourd impact sur la santé mentale. Aujourd'hui, l'IFPA, l'organisation mondiale des personnes vivant avec la maladie psoriasique, publie un rapport explorant la relation symbiotique entre la maladie psoriasique, la dépression et l'anxiété.

 

Vivre avec une maladie qui se voit peut être dévastateur. « J'ai fait une crise à la fin de l'année 2015 », raconte Reena Ruparelia, originaire du Canada. « Mes mains et mes pieds étaient couverts de plaques et de fissures. Je portais un film plastique et des gants pour rester hydratée. Un jour, alors que je travaillais, je les ai enlevés, j'ai regardé mes mains et j'ai commencé à avoir une crise de panique. Je ne pouvais pas imaginer à quel point la situation s'était dégradée. J'ai pris un taxi pour rentrer chez moi et j'ai été en congé d'invalidité pendant trois mois. »

L'expérience de Reena n'est pas unique. En réalité, les dernières recherches montrent que plus de 25 % des personnes atteintes de la maladie psoriasique présentent des signes de dépression et que 48 % d'entre elles souffrent d'anxiété, soit plus que pour toute autre affection cutanée. Les taux d'invalidité et de suicide sont également plus élevés chez les personnes atteintes de la maladie psoriasique. L'impact psychologique est de plus en plus reconnu comme une partie importante de la maladie.

Les mêmes mécanismes inflammatoires sont présents aussi bien dans le trouble psoriasique que dans la dépression. Par conséquent, les personnes vivant avec la maladie sont prises dans un cercle vicieux : la maladie psoriasique provoque la dépression et l'anxiété, et en retour la dépression et l'anxiété provoquent des poussées de la maladie. Le nouveau rapport de l'IFPA intitulé Inside Psoriatic Disease: Mental Health ne se contente pas d'explorer ce lien, mais expose également les meilleures pratiques pour briser le cycle.

 « Personne dans le milieu médical ne m'avait dit que ma dépression, mon anxiété et mon psoriasis étaient liés », remarque Iman à Oman. « La santé mentale est une question complexe qui exige la collaboration de tous les intervenants. »

Elisa Martini, auteur principal du rapport de l'IFPA, souligne l'urgence d'un changement de politique. « La relation entre une mauvaise santé mentale et une maladie psoriasique est indéniable et doit être prise au sérieux. Un traitement efficace de la maladie psoriasique et des interventions psychologiques rapides sont essentiels pour fournir des soins appropriés. Les gouvernements doivent allouer davantage de ressources aux services de santé mentale. La santé physique et la santé mentale sont toutes deux nécessaires au bien-être. »

Le rapport de l'IFPA sur la santé mentale est disponible en ligne à l'adresse ifpa-pso.com.

Contact : Camille Lancelot, 46 (0) 73 961 1565

 

 

 

 

Descripteur MESH : Maladie , Santé , Peau , Santé mentale , Dépression , Anxiété , Personnes , Articulations , Suicide , Panique , Services de santé mentale , Physique , Soins , Politique , Auteur , Psoriasis , Services de santé

nuance

Recherche scientifique: Les +