nuance

L’intervalle de temps compris entre les grossesses est lié à la morbidité et à la mortalité maternelle

Les femmes ayant des intervalles entre les grossesses inférieure à 6 mois ou supérieure à 59 mois ont des risques importants de complication lors de la grossesse. C’est le résultat d’une étude transversale uruguayenne parue dans Bristish Medical Journal. Toutefois, dans la mesure où cette étude a été conduite dans des pays en voie de développement, ces résultats peuvent ne pas s’appliquer à d’autres populations.

Des études ont montré que de courts ou de long intervalles entre les grossesses sont liés à des problèmes périnataux. Par contre, en ce qui concerne la morbidité et la mortalité maternelle, les données étaient contradictoires.

Les Drs A. Conde-Agudelo et J. Belizan de la Pan American Health Organisation en Uruguay ont mené une étude transversale rétrospective à partir de données issues de la base de données du Perinatal Information System et du Latin American Centre for Perinatology and Human Development.

Les auteurs ont étudié les effets des intervalles entre les grossesses sur plus de 456.889 femmes d’Amérique Latine et des Caraïbes.

Des intervalles courts (moins de 6 mois) et long (plus de 59 mois) entre les grossesses ont été observés chez 2,8 % et 19,5 % des femmes, respectivement.

L’étude a montré que, comparé aux femmes ayant des intervalles entre les grossesses compris entre 18 et 23 mois, celles ayant des intervalles plus courts ont un risque de décès 2,5 fois plus important (odds ratio = 2,54 ; IC 95 % = 1,22-5,38). De plus, le risque d’hémorragie au troisième trimestre de la grossesse ( odds ratio = 1,73 ; IC 95 % = 1,42-2,24) et de rupture prématurée des membranes (odds ratio = 1,72 ; IC 95 % = 1,53-1,93) est 70 % plus élevé. Enfin, le risque d’anémie (odds ratio = 1,30 ; IC 95 % = 1,18-1,43) ou d’endométrite puerpérale (odds ratio = 1,33 ; IC 95 % = 1,22-1,45) est supérieur de 30 %.

En ce qui concerne les femmes ayant de longs intervalles entre les grossesses, la probabilité de développer une pré-éclampsie (odds ratio = 1,83 ; IC 95 % = 1,72-1,94) ou une éclampsie (odds ratio = 1,80 ; IC 95 % = 1,38-2,32) est plus importante, comparé aux femmes ayant des périodes entre les grossesses comprises entre 18 et 23 mois.

Bien que les raisons de ces résultats ne soient pas claires, les auteurs suggèrent que de courtes périodes entre les grossesses ne permettent pas à la mère de récupérer du stress physique imposé par les grossesses précédentes. Inversement, l’effet « protecteur » pour la pré-éclampsie acquise par la femme au travers d’une grossesse antérieure est perdu après un long intervalle.

Source : BMJ 2000 ; 321 : 1255-1259

Descripteur MESH : Morbidité , Mortalité , Temps , Femmes , Grossesse , Pays en voie de développement , Éclampsie , Risque , Base de données , Membranes , Mortalité maternelle , Physique , Probabilité , Rupture , Rupture prématurée des membranes , Uruguay

nuance

Recherche scientifique: Les +